• Examens annulés après un blocage. Les partiels (examens universitaires) prévus aujourd’hui et demain à Arcueil, dans le Val-de-Marne, en raison du blocage de l’université de Nanterre (Hauts-de-Seine) ont été annulés ce matin. Des opposants à la réforme de l’accès à l’université s’étaient rendus sur place pour empêcher l’accès au centre d’examens.

  • Rencontre entre Trump et Kim Jong-un. Donald Trump a annoncé hier que sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, aurait lieu le 12 juin à Singapour. Le président américain avait accepté le 8 mars l’invitation lancée par le chef de l’État nord-coréen, mais la date et le lieu restaient à déterminer. Il s’agira de la première rencontre entre un président américain et un dirigeant de la Corée du Nord.

  • Présidence de la Catalogne. L’ancien président catalan Carles Puigdemont, en liberté sous contrôle judiciaire en Allemagne, a annoncé hier que son groupe au Parlement catalan allait proposer le député Quim Torra pour le poste de président de la Catalogne, vacant depuis fin octobre. Tous les candidats présentés ces derniers mois par les indépendantistes catalans étaient soit en exil, soit en prison et poursuivis par la justice espagnole pour l’organisation du référendum d’indépendance du 1er octobre 2017, ce qui n’est pas le cas de Quim Torra.

  • Victoire de l’opposition en Malaisie. L’opposition malaisienne a remporté mercredi soir les élections législatives pour la première fois depuis l’indépendance du pays en 1957. Âgé de 92 ans, Mahathir Mohamad, qui avait été Premier ministre de 1981 à 2003 et qui avait quitté le parti au pouvoir en 2016, a été investi hier chef du gouvernement.

  • Victoire des indépendants en Tunisie. Près du tiers des voix se sont portées sur des candidats indépendants lors des élections municipales organisées dimanche en Tunisie, a annoncé mercredi soir l’instance chargée d’organiser le scrutin. Les deux principaux partis du pays, la formation islamo-conservatrice Ennahdha et Nidaa Tounes, le mouvement auquel appartiennent le président et le chef du gouvernement, ont rassemblé quant à eux 29,7 % et 22,7 % des suffrages. L’abstention a atteint 66,3 %.