11 mai 2018

On fait le point

Discussions en Italie en vue d’une alliance gouvernementale

Silvio Berlusconi, président du parti de droite Forza Italia, a donné son assentiment mercredi soir à un possible accord gouvernemental entre la Ligue (droite anti-immigration) et le Mouvement 5 étoiles (antisystème). Une telle coalition s’était jusqu’à présent heurtée au refus de Forza Italia, allié à la Ligue lors des élections législatives du 4 mars, d’être exclu des négociations. La Ligue ne voulait pas se désolidariser de son allié, avec lequel elle dirige des exécutifs locaux. Le M5S refusait quant à lui toute discussion avec Forza Italia, représentatif à ses yeux d’un système corrompu qu’il entend combattre.

Après deux mois de discussions infructueuses entre les forces politiques, le président de la République, Sergio Mattarella, avait annoncé lundi son intention de proposer un « gouvernement neutre » chargé de diriger le pays avant l’organisation de nouvelles élections en décembre. Hier, à la mi-journée, la présidence a déclaré que le Mouvement 5 étoiles et la Ligue étaient en discussion et demandaient un délai supplémentaire.

Les deux formations, qui discutent d’un programme commun, doivent aussi se mettre d’accord sur le nom d’un chef de gouvernement. Arrivé en tête, le M5S a fondé son discours sur la lutte contre la corruption et contre le système, tandis que la Ligue privilégie le rejet de l’immigration et de l’Europe. Ensemble, les deux formations disposent de la majorité des sièges au Parlement italien.