12 mai 2018

On revient au début

La conquête de Mars

L’agence spatiale américaine Nasa a lancé samedi la sonde InSight dont la mission consistera à observer l’activité sismique de la planète Mars. L’un des objectifs est de comprendre pourquoi les conditions favorables à la vie s’y sont arrêtées.


À l’origine

Visible dans le ciel à l’œil nu, Mars est identifiée comme une planète par les astrologues depuis l’Antiquité. Cette planète rouge doit son nom actuel aux Romains, qui l’ont baptisée ainsi en référence au dieu de la Guerre. C’est la deuxième planète la plus proche de la Terre et la quatrième par rapport au Soleil. Elle est deux fois plus petite que la Terre. Son atmosphère est composée à 95 % de gaz carbonique et sa surface est froide et désertique. Au début du XVIIe siècle, l’Allemand Johannes Kepler établit en observant la trajectoire de Mars que les planètes orbitent en ellipse autour du Soleil et non en cercle ou en combinaison de cercles comme envisagé précédemment. La distance entre Mars et la Terre est déterminée par trois scientifiques français en 1672. L’URSS est le premier pays à envoyer un objet vers Mars, en 1960. La sonde Marsnik ne parvient toutefois pas à atteindre la planète rouge.


Les dates clés

1965

La sonde américaine Mariner 4 réalise le premier survol de Mars par un engin artificiel en 1965. Le 15 juillet, elle prend les premiers clichés de la planète rouge. D’une faible définition, ils laissent apparaître des paysages désertiques parsemés de cratères, sans vie apparente. Les photos en noir et blanc sont envoyées jusqu’à la Terre par ondes radio : chaque image est composée de 40 000 points, chaque point se voyant attribuer une valeur numérique en fonction de sa teinte. En 1971, Mariner 9 devient le premier satellite artificiel d’une autre planète que la Terre. La sonde photographie d’autres régions martiennes que Mariner 4. Les scientifiques découvrent des vallées qui ressemblent à des lits de rivières asséchées, ce qui pose la question de la présence d’eau sur Mars.

1976

La sonde américaine Viking 1 se pose sur Mars le 20 juillet 1976. L’URSS était parvenue la première à poser sur le sol de la planète un atterrisseur en 1971, mais il a cessé d’émettre au bout de quelques secondes. Viking 1, qui ne se déplace pas, reste plus de six ans en activité. Elle prend les premières photos couleur de Mars et permet à la Nasa de récolter des informations sur la composition de l’atmosphère, la nature du sol ou la météorologie. Après l’atterrissage de la sonde Viking 2, lui aussi en 1976, il faudra attendre 20 ans pour qu’un engin soit de nouveau lancé vers Mars.

1997

Le 4 juillet 1997, six mois après son lancement, la sonde américaine Mars Pathfinder atterrit sur le sol martien et libère le rover (véhicule d’exploration) Sojourner. Ce petit robot de 65 centimètres de long monté sur 6 roues devient le premier à se déplacer à la surface de Mars. Grâce à un système de lasers balayant la surface, Sojourner est capable de se déplacer de manière autonome, un humain pouvant également lui envoyer des instructions depuis la Terre. La mission apporte des preuves que Mars n’a pas toujours été aussi aride. Pendant toute sa mission, la Nasa diffuse directement sur son site internet les photos prises sur Mars. Grâce à cette initiative, le site reçoit un trafic record pour l’époque, jusqu’à quatre fois plus de pages vues par jour que le site des Jeux olympiques d’Atlanta l’année précédente. Après 83 jours de mission, la Nasa perd le contact avec Pathfinder et Sojourner.

2004

La présence d’eau à la surface de Mars est prouvée par l’orbiteur européen Mars Express le 23 janvier 2004. Grâce à un appareil mesurant les rayonnements émis par la planète, il détecte de la glace d’eau dans la calotte polaire sud de Mars. Le rover américain Curiosity, qui a atterri sur Mars en 2012, est toujours en activité. Il a confirmé que Mars était une planète habitable dans le passé. Ses découvertes ont prouvé que l’atmosphère martienne était plus dense il y a trois milliards d’années et que de l’eau douce coulait à sa surface. Long de 3 mètres et haut de plus de 2 mètres, Curiosity embarque 90 kilos de matériel et a déjà parcouru 19 kilomètres, contre quelques dizaines de mètres pour Sojourner.


Les projets

L’envoi d’un homme sur Mars est un objectif qui a été étudié à de nombreuses reprises depuis les années 1960. Aujourd’hui, trois projets concrets existent pour conquérir la planète rouge.

Space X. Créé en 2002 par Elon Musk, SpaceX a innové dans le secteur des lanceurs grâce à ses fusées réutilisables. En 2017, son fondateur a dévoilé un plan pour coloniser Mars. Sa stratégie passe par la construction d’une fusée réutilisable d’une puissance record de 150 tonnes et l’envoi de 200 hommes sur Mars dès 2024. Son plan, dont de nombreux détails restent flous, nécessite également la construction sur la planète rouge d’une usine produisant du carburant pour permettre le retour sur Terre.

Lockheed Martin. Lockheed Martin, une entreprise de défense partenaire de longue date de la Nasa, a présenté en 2016 le projet « Mars Base Camp » pour envoyer des hommes sur la planète d’ici 2028. Il s’appuie sur la mise en orbite d’une station spatiale, qui servirait d’avant-poste aux humains pour l’explorer. Un module leur permettrait d’effectuer des allers-retours entre Mars et la station.

Émirats arabes unis. Cet État, qui a Abou Dhabi pour capitale, est devenu en 2014 le premier pays du Golfe persique à créer une agence spatiale. La mise en orbite d’une sonde autour de Mars est prévue pour 2021. À terme, l’objectif est la construction d’une ville sur Mars en 2117. Pour y parvenir, Abou Dhabi a commencé la construction d’une ville au milieu du désert pour simuler les conditions de vie martienne et espère l’inaugurer en 2020.