17 mai 2018

C’est leur avis

Un message pas assez clair sur les violences sexuelles

L’Assemblée nationale a approuvé hier soir en première lecture le projet de loi sur les violences sexuelles et sexistes. Sur France 5, Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, regrette que les relations sexuelles avec des mineurs de moins de 15 ans ne soient pas clairement criminalisées.

« On attendait un message fort en direction de l’opinion pour dire à ceux qui s’attaquent à des enfants qu’ils sont des criminels. Et on se retrouve avec des choses compliquées. On dit qu’on va faciliter la preuve de non-consentement : ça veut dire que les juges pourront toujours dire qu’une gamine de 11 ans a plus ou moins accepté d’avoir des relations sexuelles avec un homme de 28 ans, ce qui est abracadabrantesque ! D’un autre côté, on vient renforcer le texte sur les atteintes sexuelles, qui veut que quoi qu’il se soit passé, l’adulte qui a des relations sexuelles avec un enfant de moins de 15 ans est condamnable. Finalement, on n’ira pas vers le viol, mais vers des condamnations purement délictuelles. Au lieu d’avancer vers la criminalisation, on recule. » Jean-Pierre Rosenczveig