18 mai 2018

Ça peut servir

Prudence vis-à-vis du E171

Utilisé principalement pour rendre les chewing-gums plus blancs que blancs et les bonbons brillants, le dioxyde de titane est mentionné sur les emballages de confiseries ou de médicaments sous le petit nom d’E171. La secrétaire d’État au Développement durable, Brune Poirson, citée aujourd’hui par Le Parisien, a déclaré que le gouvernement souhaitait « suspendre avant la fin de l’année » l’utilisation de nanoparticules de ce composé chimique comme additif alimentaire. Elle a précisé que la France avait saisi la Commission européenne pour que des mesures soient prises au niveau européen, car « le dioxyde de titane est susceptible de constituer un risque sérieux pour la santé humaine ». En janvier 2017, une étude de l’Institut national de la recherche agronomique, un établissement public, a montré qu’il favorisait la croissance de lésions précancéreuses chez le rat, sans extrapoler ces conclusions à l’être humain. L’association 60 Millions de consommateurs place le E171 sur sa liste des additifs à proscrire.