28 mai 2018

Tout s’explique

Un gouvernement provisoire pour l’Italie

Qui a été désigné pour gouverner l’Italie ?

Le président italien, Sergio Mattarella, a chargé aujourd’hui Carlo Cottarelli de former un gouvernement provisoire. Il a pris cette décision après avoir refusé hier l’équipe proposée par Giuseppe Conte, proposé la semaine dernière comme président du Conseil par le Mouvement 5 étoiles (antisystème) et la Ligue (anti-immigration), arrivés en tête des élections législatives du 4 mars. Carlo Cottarelli travaillait au Fonds monétaire international (FMI) depuis 1988, à l’exception d’un passage au gouvernement entre 2013 et 2014. Son programme sera soumis à un vote de confiance du Parlement, où le M5S et la Ligue détiennent la majorité. Carlo Cottarelli a annoncé que des élections anticipées auraient lieu début 2019 s’il obtient cette confiance ou après le mois d’août s’il ne l’obtient pas. Il a précisé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections et qu’il compte diriger un gouvernement « neutre ».

Pourquoi Giuseppe Conte a-t-il échoué à former un gouvernement ?

Après une entrevue avec Sergio Mattarella hier, Giuseppe Conte a annoncé qu’il renonçait à former un gouvernement en raison du refus du chef de l’État d’approuver la nomination du ministre de l’Économie qu’il avait proposé. Il s’agissait de Paolo Savona, ancien ministre de l’Industrie, connu pour ses positions hostiles à l’Union européenne. Sergio Mattarella s’est justifié en déclarant qu’il ne pouvait pas accepter « un choix qui aurait pu conduire à la sortie de l’Italie de l’euro et provoquer les inquiétudes des investisseurs italiens et étrangers ». Très critique de cette décision, le dirigeant du M5S Luigi Di Maio s’est demandé s’il n’était pas « inutile d’aller voter, puisque les gouvernements, ce sont les agences de notation, les lobbies financier et bancaire qui les font ». Il a appelé à de nouvelles élections, comme le secrétaire fédéral de la Ligue, Matteo Salvini.

De quels pouvoirs dispose le président italien ?

Le président italien est choisi par les membres des deux chambres du Parlement. Issu du Parti démocrate, Sergio Mattarella a été élu pour un mandat de sept ans en 2015, lorsque les députés et sénateurs étaient majoritairement de centre gauche. Le président italien est garant de l’unité nationale, du respect des lois et de la Constitution et peut dissoudre le Parlement. C’est à lui qu’il revient de nommer le président du Conseil et de valider la liste des ministres que celui-ci lui présente. Luigi Di Maio a proposé hier d’entamer une procédure de destitution du président, mais elle n’est possible qu’en cas de « haute trahison » et de « crimes contre la Constitution ». Par quatre fois, un président italien a refusé de nommer un ministre, en 1979, 1994, 2001 et 2014.