4 juin 2018

Tout s'explique

La réforme de l’audiovisuel public

Quels sont les projets du gouvernement pour l’audiovisuel public ?

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé ce matin les grandes lignes d’une réforme de l’audiovisuel public souhaitée par Emmanuel Macron. Selon le projet, la chaîne France 4 doit disparaître de la télévision numérique terrestre pour se « recentrer sur le numérique ». Le budget annuel dédié au numérique doit être rehaussé de 100 à 150 millions d’euros d’ici 2022 et deux nouvelles offres numériques doivent être créées : la première, dont le lancement est prévu fin juin, sera consacrée aux arts et à la culture et rassemblera des centaines d’heures de captations, des podcasts ou des webséries. La seconde, prévue pour 2019, sera destinée aux jeunes « avec des formats courts et innovants ». Un comité composé de cinq personnalités du monde de la télévision est chargé de mener une missions de concertation autour de ces objectifs et rendra ses conclusions le 15 juillet.

Qu’est-il prévu pour France 3 ?

Dans une interview publiée aujourd’hui par le journal Le Monde, Françoise Nyssen dit souhaiter faire évoluer France 3 [€] pour que la chaîne devienne un « média quotidien régional qui sera la voix des territoires », car « les médias privés délaissent » selon elle la proximité « alors que les Français la réclament ». Pour y parvenir, le temps d’antenne régional sur France 3 sera triplé, passant de deux heures à six heures par jour. Une expérimentation de matinale commune avec France Bleu, le réseau des radios locales publiques françaises, sera menée dans deux villes. La ministre a déclaré que les deux entités travailleraient plus étroitement ensemble, mais n’a pas précisé si ces collaborations entraîneront une réorganisation des entreprises.

Pourquoi le gouvernement souhaite-t-il réformer l’audiovisuel public ?

La Cour des comptes avait critiqué en 2015 la gestion de France Télévisions et de Radio France. Entre 2010 et 2015, le budget de l’audiovisuel public a augmenté de 17 %, pour atteindre 3,7 milliards d’euros. Il est prévu qu’il atteigne 4,4 milliards d’euros en 2018, dont 3,82 milliards financés par la redevance. La Cour des comptes recommandait de réunir les différentes entités dans un groupe commun. Françoise Nyssen a annoncé un projet de loi pour réformer la gouvernance de l’audiovisuel public « au premier semestre 2019 ». Le sujet des économies à réaliser n’a pas été abordé par la ministre de la Culture, qui a simplement assuré que les 560 millions d’euros investis chaque année dans la production de films, de séries, ou de documentaires seront « sanctuarisés ».