• Accusations de crimes de guerre en Syrie. L’ONG de défense des droits de l’homme Amnesty International a accusé la coalition internationale dirigée par les États-Unis d’avoir mené des frappes aériennes « de façon disproportionnée » et « aveugle » pour chasser le groupe djihadiste État islamique de la ville de Rakka en Syrie en 2017, faisant « des milliers de morts et de blessés parmi la population civile ». Amnesty estime que ces frappes pourraient constituer des « crimes de guerre » et réclame « des enquêtes impartiales et approfondies » afin que « les victimes de violations reçoivent justice et réparation ».

  • Monsanto disparaît. Le groupe agrochimique allemand Bayer, qui détiendra officiellement jeudi son concurrent américain Monsanto, racheté pour 63 milliards de dollars, a annoncé hier qu’il comptait supprimer la marque Monsanto. Les produits développés par l’entreprise américaine, comme l’herbicide Roundup à base de glyphosate, continueront en revanche d’être commercialisés sous leur nom.

  • Réforme de la SNCF au Sénat. Le Sénat a adopté la réforme de la SNCF, après avoir renforcé les garanties pour les salariés en cas de transfert vers d’autres groupes ferroviaires et inscrit dans la loi l’incessibilité du capital des différentes branches du groupe. Le projet de loi doit désormais être étudié le 13 juin par des députés et des sénateurs au sein d’une commission mixte paritaire, où les élus des deux chambres tenteront de se mettre d’accord sur une version commune.

  • Amélioration des comptes de la Sécurité sociale. La Commission des comptes de la Sécurité sociale, présidée par un membre du gouvernement, prévoit dans un rapport que les comptes de la Sécurité sociale seront « quasiment à l’équilibre » en 2018, grâce à des recettes en nette hausse par rapport à l’estimation initiale. Selon ces prévisions, le régime général, qui concerne les salariés du secteur privé, sera excédentaire pour la première fois depuis 17 ans.