• Projet de loi Logement. Les députés ont adopté par 342 voix contre 169 et 44 abstentions le projet de loi portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, qui vise notamment à « construire plus, mieux et moins cher ». Adopté avec les voix des députés des groupes LREM et MoDem, le texte doit désormais être soumis au Sénat.

  • Plan contre les sargasses. Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, ont annoncé hier en Guadeloupe la mise en place d’un plan contre les sargasses, des algues brunes toxiques qui envahissent les Antilles françaises, pour « atteindre l’objectif de ramassage 48 heures après les échouages ». L’État prendra en charge près de 50 % du financement de ce plan de près de 10 millions d’euros prévu sur deux ans, tandis que le reste sera financé par l’Union européenne et les collectivités locales.

  • Condamnation de Michel Neyret. La cour d’appel de Paris a condamné Michel Neyret, ancien numéro 2 de la police judiciaire de Lyon, à deux ans et demi de prison ferme pour corruption et association de malfaiteurs, confirmant la peine prononcée en première instance, mais alourdie de 18 mois avec sursis. Il a été reconnu coupable d’avoir fourni des informations confidentielles à des personnes qu’il présentait comme des informateurs en échange de cadeaux ou d’argent liquide.

  • Démission en Grande-Bretagne. Le secrétaire d’État britannique à la Justice, Phillip Lee, a annoncé qu’il démissionnait de ses fonctions en raison de la volonté du gouvernement de « limiter le rôle du Parlement » dans la procédure du Brexit et afin de pouvoir « soutenir » un amendement visant à attribuer aux parlementaires un droit de regard sur l’accord final. La Chambre des communes a commencé en fin d’après-midi le vote en seconde lecture du projet de loi sur les conditions du Brexit.

  • Justice et prix Nobel de littérature. Le parquet suédois a annoncé la poursuite du photographe français Jean-Claude Arnault, marié à une membre de l’Académie suédoise, pour le viol à deux reprises d’une femme à Stockholm en 2011. En novembre, 18 femmes l’avaient dénoncé dans un quotidien suédois pour des faits de harcèlement et d’agressions sexuelles, conduisant à l’annonce début mai par l’Académie suédoise du report du prix Nobel de littérature 2018.