Hollywood, ancien eldorado des femmes. Au début du XXe siècle, alors que le théâtre était le domaine des hommes et que les salles obscures n’en étaient qu’à leurs débuts, les femmes avaient le champ libre dans le secteur du cinéma encore naissant, raconte le journaliste Michael Atlan dans Slate.fr. À l’époque, elles pouvaient devenir rapidement scénaristes ou réalisatrices. Cette « parenthèse enchantée » s’est néanmoins refermée autour des années 1940.

Simple, basique, à l’hôpital. Après des avocats opposés à la réforme de la justice prévue par le gouvernement, des soignants ont parodié le clip de la chanson du rappeur Orelsan, « Basique », pour dénoncer leurs conditions de travail. Dans une vidéo repérée par la rubrique Big Browser du Monde, ces membres du personnel de santé du CHU de Toulouse reprennent les codes du clip et le refrain pour faire passer leur message : « Soignant c’est une vocation, mais ça veut pas dire qu’on va pas perdre patience. »

Un trouble « pire qu’une drogue ». Dans un long article richement illustré, Margaux Duguet, journaliste à France Info, raconte l’histoire d’un pédophile : son combat contre ses pulsions, son mariage avec une non-voyante pour « faire cadeau » de sa vie à quelqu’un, ses rechutes avec des amis de ses enfants, son séjour en prison. Depuis, il est suivi régulièrement, a repris un travail et met en place des « stratégies d’évitement », mais son trouble, « pire qu’une drogue », est toujours là.

Rêve et dépression d’un footballeur. En 1996, le footballeur Cédric Anselin, âgé de 19 ans, dispute une finale de la Coupe d’Europe avec les Girondins de Bordeaux face au Bayern de Munich. Côtoyant Zidane, Dugarry et Lizarazu, le joueur est promis à une brillante carrière. Dans « Une vie qui fourche », un épisode du podcast « Transfert » de Slate.fr produit par Louie Media, le sportif raconte comment son destin a basculé et confie avec clarté et recul sa dépression et sa tentative de suicide, avant que le football ne l’aide finalement à s’en sortir.