• Projet de loi sur le Brexit. La Chambre des communes a rejeté en deuxième lecture par 319 voix contre 303 un amendement au projet de loi sur le Brexit visant à attribuer aux parlementaires un droit de veto sur l’accord final conclu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Pour s’assurer les voix de son camp conservateur initialement favorable à l’amendement, le gouvernement a assuré que les parlementaires pourront mener un vote consultatif sur l’accord mais sans possibilité de s’opposer au résultat des négociations.

  • Droits de douane. La Commission européenne a annoncé l’entrée en application à partir de vendredi de droits de douane de 25 % sur plusieurs produits américains tels que le riz, le maïs ou le tabac, mais aussi des produits emblématiques comme le bourbon ou les jeans, en réaction à la hausse par les États-Unis des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium. Cette mesure avait été décidée la semaine dernière à l’unanimité par les pays membres.

  • Victoire de la coalition au Yémen. Soutenues par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, les forces loyales au président yéménite en exil ont repris le contrôle de l’aéroport de la ville d’Hodeida, où les rebelles chiites houthis avaient installé une base militaire. Les combats se poursuivent désormais pour le contrôle de ce port de la mer Rouge par lequel transite 70 % de l’aide humanitaire dont dépend le Yémen, en guerre depuis 2014.

  • Cannabis au Canada. Le Sénat canadien a légalisé hier la production et la consommation de cannabis à partir de septembre, au lendemain d’un vote similaire à la Chambre des communes. Le Canada devient ainsi le deuxième pays, après l’Uruguay, à légaliser au niveau national la production et la consommation de cannabis au-delà de l’usage médical qui avait été autorisé en 2001.

  • Prévision de croissance en baisse. Dans une note de conjoncture de mi-année, l’Insee, l’institut national de statistiques, estime à 1,7 % le taux de croissance en France en 2018, en baisse par rapport à 2017 (2,3 %), dans un contexte de ralentissement global des économies de la zone euro, du Royaume-Uni et du Japon. L’institut prévoit en revanche une baisse continue du taux de chômage, qui s’élèverait à 8,8 % à la fin de l’année, après 9 % en 2017 et 10 % en 2016.