2 juillet 2018

C'est leur avis

La science à l’appui de la volonté politique

L’abaissement de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central de 90 km/h à 80 km/h est entré en vigueur hier. Chercheur en science politique, Fabrice Hamelin estime dans le site The Conversation que le gouvernement a pu l’imposer malgré de nombreux mouvements d’opposition parce qu’il s’est appuyé sur des expertises scientifiques.

« Aucune de ces mobilisations n’a infléchi la position gouvernementale. Il en est de même des arguments avancés qui s’éloignent de plus en plus des enjeux de sécurité routière, qu’il s’agisse de la dénonciation du passage en force gouvernemental, de l’impopularité de la mesure, de l’injustice qu’elle pourrait causer, de son inefficacité à venir, des différences territoriales ou encore de l’affront fait aux élus locaux. […] L’activisme n’a pas pesé face aux expertises techniques et scientifiques sur lesquelles la décision a été appuyée. […] Les décisions dans le domaine de la sécurité routière ne se négocient pas. » Fabrice Hamelin