• Festivités et sécurité. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé le déploiement, à partir de ce soir et jusqu’à dimanche soir, de 110 000 policiers et gendarmes sur tout le territoire, dont 12 200 à Paris. Il s’agit de sécuriser les festivités du 14-Juillet et de la finale à Moscou de la Coupe du monde de football dimanche, lors de laquelle l’équipe de France affrontera celle de la Croatie. Le ministère rapporte que plus de 230 « fan zones » et rassemblements ont été déclarés en préfecture pour ce match.

  • Plan d’action contre le terrorisme. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé ce matin un plan d’action contre le terrorisme, qui prévoit notamment la création d’un parquet national antiterroriste, alors que la lutte contre le terrorisme est actuellement prise en charge par une section du parquet de Paris. Le plan prévoit également la création d’une unité de suivi des prisonniers libérés. Édouard Philippe a affirmé que 48 détenus terroristes islamistes et 402 détenus de droit commun radicalisés devaient sortir de prison d’ici fin 2019 .

  • Réussite au baccalauréat. Selon le ministère de l’Éducation nationale, le taux de réussite de la session 2018 du baccalauréat, toutes séries confondues, atteint 88,3 %, soit 0,4 point de plus que l’an dernier. Au total, 675 600 candidats ont obtenu le diplôme.

  • Création d’entreprises. Les créations d’entreprises ont augmenté de 15,6 % entre juin 2017 et juin 2018, selon l’institut national de statistiques Insee, malgré une légère baisse enregistrée le mois dernier par rapport à mai. La hausse la plus importante concerne les immatriculations de micro-entrepreneurs, qui ont progressé de 24,8 % en 12 mois. Le secteur « transports et entreposage » a enregistré la plus forte augmentation avec 8 500 créations, en particulier dans la livraison à domicile.

  • Relaxe d’une bénévole d’Amnesty. Poursuivie pour avoir « facilité l’entrée de deux mineurs étrangers en situation irrégulière », Martine Landry, bénévole de l’antenne française de l’ONG Amnesty International, a été relaxée par le tribunal correctionnel de Nice. Vendredi dernier, le Conseil constitutionnel a rendu une décision selon laquelle une personne ne peut pas être poursuivie pour avoir aidé « autrui, dans un but humanitaire », consacrant la valeur constitutionnelle du principe de fraternité.