13 juillet 2018

C'est leur avis

Ne pas faire des Bleus des symboles

Envoyé spécial en Russie pour Le Monde, l’écrivain Olivier Guez redoute qu’une éventuelle victoire de l’équipe de France masculine de football en Coupe du monde dimanche donne lieu à des interprétations généralistes sur la société française [€].

« Ils s’échauffent déjà, les sociologues récupérateurs, tous ceux qui voudront instrumentaliser un éventuel triomphe au stade Loujniki de Moscou et l’ériger en un lieu de mémoire de notre histoire et de notre identité. De grâce, épargnez-nous une deuxième saison de “black-blanc-beur”, 20 ans après la première, et la projection de vos fantasmes ou de vos craintes sur cette belle équipe de France, sous prétexte qu’elle est multiethnique. Elle est à l’image de nos classes populaires (et moyennes), plus bigarrées que les immeubles jouxtant le jardin du Luxembourg à Paris, en effet : c’est l’équipe de France du début du XXIe siècle, de la mondialisation et des grandes migrations. Mais ne lui faites rien dire (ou pas trop) sur notre communauté nationale ; surtout, ne la surchargez pas de symboles, le football est trop versatile et le ballon capricieux. » Olivier Guez