16 juillet 2018

On fait le point

L’équipe de France de football accueillie à Paris

Victorieux contre la Croatie en finale de la Coupe du monde de football, les joueurs de l’équipe de France ont été accueillis à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle par la ministre des Sports, Laura Flessel. Ils doivent défiler ce soir à bord d’un bus sur l’avenue des Champs-Élysées, à Paris, avant d’être reçus par le président de la République. L’Élysée a annoncé que les joueurs recevraient la Légion d’honneur dans quelques mois.

Le match a réuni plus de 19,3 millions de téléspectateurs en France, selon les données de la société de mesure d’audience Médiamétrie, soit 82,2 % des téléspectateurs. Il s’agit de la meilleure audience pour la chaîne de télévision TF1 depuis 2016. À cette audience s’ajoute celle réalisée dans les bars, restaurants ou rassemblements ayant diffusé le match, qui n’est pas comptabilisée. Selon les relevés de Médiamétrie lors des cinq premiers matchs de l’équipe de France, elle s’élevait en moyenne à 15 % d’audience supplémentaire.

La célébration de la victoire a donné lieu à plusieurs débordements. Au total, 292 personnes ont été placées en garde à vue hier, dont 90 à Paris et 30 à Lyon, selon des informations du ministère de l’Intérieur recueillies par l’AFP. 45 policiers et gendarmes ont été blessés légèrement. Deux hommes sont décédés au cours de ces célébrations, l’un à Annecy (Haute-Savoie) après s’être jeté dans un canal, l’autre à Saint-Félix (Oise) après avoir foncé en voiture dans un arbre.

La victoire de l’équipe de France a été acquise à Moscou, en Russie, par quatre buts contre deux à la Croatie. C’est la deuxième fois que la France remporte la Coupe du monde depuis le début de cette compétition en 1930. Le sélectionneur, Didier Deschamps, était le capitaine de l’équipe victorieuse en 1998. Lors du match, hier, quatre membres du collectif d’activistes russe Pussy Riot ont surgi sur le terrain, avant d’être évacués, pour demander notamment la libération de « tous les prisonniers politiques » en Russie. Selon le collectif, ils ont passé la nuit en garde à vue et devaient être entendus aujourd’hui lors d’une audience.