• Évacuation d’un campement à Nantes. La police a évacué ce matin un campement de migrants installé depuis plus de deux mois dans le centre-ville de Nantes. La préfecture de la Loire-Atlantique a affirmé que les « personnes les plus vulnérables » parmi les 400 occupants du campement seraient « systématiquement mises à l’abri », mais que celles « qui ne peuvent prétendre ni à l’asile, ni au séjour, ou dont la demande d’asile relève d’un autre État membre de l’Union européenne » seraient « invitées à quitter le territoire ».

  • Attentat au Kurdistan irakien. Trois hommes armés ont attaqué le siège de la province d’Erbil, au Kurdistan irakien, une région autonome située dans le nord de l’Irak, tuant un fonctionnaire avant d’être abattus, selon la police locale. Il s’agit du premier attentat perpétré dans la région depuis que les autorités irakiennes ont déclaré en décembre avoir remporté la victoire sur le groupe djihadiste État islamique, créé dans le pays en 2014.

  • Relations irano-américaines. Le président américain, Donald Trump, a adressé hier soir sur Twitter un message au président iranien, Hassan Rohani, dans lequel il a écrit, en lettres capitales : « Ne menacez plus jamais les États-Unis ou vous subirez des conséquences telles que peu en ont connu au cours de l’Histoire ». Il réagissait à une déclaration d’Hassan Rohani rapportée par l’agence de presse iranienne Isna lui demandant de cesser de tenter d’isoler l’Iran et affirmant qu’une guerre avec son pays serait « la mère de toutes les guerres ».

  • Opposition espagnole. Le Parti populaire, la formation politique conservatrice au pouvoir en Espagne entre décembre 2011 et juin dernier, a élu samedi son nouveau président, Pablo Casado, en remplacement de Mariano Rajoy, l’ancien chef du gouvernement écarté le mois dernier par une motion de censure après la condamnation du parti dans une affaire de corruption. Âgé de 37 ans, Pablo Casado a fait campagne pour une baisse des impôts, une limitation du droit à l’avortement et une réforme électorale qui permettrait de limiter le poids des partis indépendantistes.