1er août 2018

Tout s'explique

Le parti au pouvoir déclaré vainqueur au Zimbabwe

Quels sont les résultats des élections au Zimbabwe ?

Les électeurs ont participé lundi aux premières élections générales (municipales, législatives et présidentielle) organisées depuis l’éviction du président Robert Mugabe en novembre. La commission électorale (ZEC) a publié des résultats partiels qui ne concernent que l’Assemblée nationale, selon lesquels la Zanu-PF, le parti au pouvoir depuis 1980, a obtenu la majorité absolue en remportant les deux tiers des sièges. La ZEC s’est laissée jusqu’à la fin de la semaine pour annoncer les résultats de la présidentielle, qui oppose l’actuel président Emmerson Mnangagwa (Zanu-PF) à Nelson Chamisa (patron du MDC, Mouvement pour le changement démocratique). Nelson Chamisa a affirmé sur son compte Twitter que les résultats étaient en train d’être truqués. Acceptés dans le pays pour la première fois depuis 16 ans, les observateurs de l’Union européenne demandent à la ZEC de publier au plus vite les résultats.

Quel changement de gouvernance a connu le pays récemment ?

Après avoir passé 37 ans à la tête du pays, Robert Mugabe, 94 ans, a été renversé par l’armée en novembre. Mugabe espérait que sa femme, Grace, serait choisie pour lui succéder, mais la Zanu-PF a préféré confier la présidence à un autre cadre du parti : Emmerson Mnangagwa, 75 ans. Cet ancien combattant de la guerre d’indépendance avait été ministre à plusieurs reprises et même vice-président de 2014 à novembre 2017. Le MDC, principal parti de l’opposition, a lui aussi changé de dirigeant après la disparition de son chef historique Morgan Tsvangirai, décédé en février d’un cancer à l’âge de 65 ans. Le nouveau président du parti est Nelson Chamisa, un avocat et pasteur de 40 ans qui a fait de son jeune âge un axe fort de sa campagne.

Quelle est la situation économique du pays ?

Peuplé de 16,5 millions d’habitants, le Zimbabwe bénéficie de ressources minières et agricoles importantes, mais sa situation économique s’est détériorée à partir des années 2000, lorsque Robert Mugabe a entrepris une réforme agraire, expulsant plus de 4 000 fermiers blancs de leurs terres, entraînant une crise alimentaire. Le pays reçoit depuis 2002 l’aide du Programme alimentaire mondial des Nations unies. Il a connu une situation d’hyperinflation estimée à 213 000 000 % par la Banque centrale du Zimbabwe en 2008, un an avant l’abandon de sa monnaie au profit du dollar. Selon l’ONU, environ 63 % des habitants vivent actuellement sous le seuil de pauvreté (1,90 dollar par jour et par personne). Emmerson Mnangagwa s’est engagé en janvier auprès de la directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, à ce que le pays paie ses dettes envers ses créanciers, condition posée par l’institution internationale pour apporter son aide au pays.