• Trois tués à Kaboul. Le groupe français de services aux entreprises Sodexo a annoncé que trois de ses employés, de nationalités indienne, macédonienne et malaisienne, avaient été enlevés ce matin et exécutés à Kaboul, en Afghanistan. « À ce stade, nous pensons qu’il s’agit d’un acte de terrorisme », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police de Kaboul.

  • Heurts post-électoraux au Zimbabwe. La police zimbabwéenne a annoncé hier soir que trois personnes avaient été tuées au cours de manifestations dans la capitale, Harare, après des tirs à balles réelles de l’armée contre des partisans de l’opposition dénonçant des fraudes lors des élections générales organisées lundi. La commission électorale du Zimbabwe, qui n’a pas encore communiqué les résultats finaux, notamment le nom du vainqueur de la présidentielle, a invité ce matin la population à la « patience ».

  • Sanctions américaines. Le département du Trésor américain a pris hier des sanctions économiques à l’encontre des ministres turcs de la Justice et de l’Intérieur, qu’il accuse d’avoir joué un rôle dans « l’arrestation et la détention » du pasteur américain Andrew Brunson, placé mercredi dernier en résidence surveillée après avoir passé un an et demi en prison pour « terrorisme » et « espionnage ». Le ministre turc des Affaires étrangères a menacé hier de prendre des mesures de rétorsion.

  • Loi sur l’immigration et l’asile. L’Assemblée nationale a adopté définitivement hier soir, par 100 voix contre 25 (et 11 abstentions), le projet de loi sur l’immigration et l’asile. Le texte réduit le délai pour déposer une demande d’asile de 120 à 90 jours après l’entrée en France et autorise les demandeurs d’asile à commencer à travailler six mois après le dépôt de leur dossier contre neuf jusqu’ici.

  • Loi sur l’avenir professionnel. Pour le dernier jour avant les vacances parlementaires, les députés ont adopté définitivement hier soir, par 137 voix contre 30, le projet de loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel. Le texte modifie le fonctionnement du compte personnel de formation, qui sera désormais crédité en euros et non plus en heures, et étend le droit à l’assurance-chômage aux démissionnaires ayant un projet de reconversion ou un projet de création ou de reprise d’entreprise.