• Ingérence russe aux États-Unis. Dan Coats, le directeur du Renseignement national américain, qui coordonne les agences de renseignement des États-Unis, a déclaré hier soir que la Russie continuait « d’essayer d’affaiblir et de diviser les États-Unis ». Il a rapporté que les services de renseignement s’inquiétaient des « menaces qui pèsent » sur les élections de mi-mandat, qui renouvelleront l’essentiel des parlementaires en novembre, et sur l’élection présidentielle de 2020.

  • Présidentielle au Zimbabwe. La commission électorale zimbabwéenne a annoncé hier soir la victoire du chef de l’État sortant, Emmerson Mnangagwa, avec 50,8 % des voix contre 44,3 % pour le candidat de l’opposition Nelson Chamisa dès le premier tour de l’élection présidentielle organisé lundi. La police zimbabwéenne a empêché cet après-midi une conférence de presse de Nelson Chamisa, qui a dénoncé sur Twitter de « faux » résultats.

  • Présidentielle au Mali. Le ministre malien de l’Administration territoriale a annoncé hier soir que le second tour de l’élection présidentielle opposerait le 12 août le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, au chef de l’opposition, Soumaïla Cissé. Selon les résultats officiels provisoires, le chef de l’État a remporté 41,4 % des voix contre 17,8 % pour son principal adversaire lors du premier tour organisé dimanche.

  • Grève chez Ryanair. La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair a proposé une médiation pour mettre un terme au mouvement de grève de ses pilotes en Irlande, qui réclament de meilleures conditions de travail et ont fait grève aujourd’hui pour la quatrième fois en trois semaines. Mardi, le directeur général de Ryanair, Michael O’Leary, avait menacé de délocaliser une partie des emplois d’Irlande vers d’autres pays européens comme la Pologne.