3 août 2018

Tout s'explique

Apple vaut 1 000 milliards de dollars

Que signifie la valeur boursière d’Apple ?

L’entreprise américaine Apple a atteint hier une valeur boursière de 1 000 milliards de dollars (plus de 860 milliards d’euros). Ce seuil a été franchi à 17h49 heure française, quand son action a atteint le prix de 207,05 dollars. À ce moment-là, si une personne avait voulu racheter toutes les actions cotées Apple, elle aurait dû débourser 1 000 milliards de dollars. Apple est la première entreprise privée américaine à dépasser cette barre symbolique. Une entreprise publique chinoise, le groupe pétrolier PetroChina, avait brièvement franchi ce seuil lors de son introduction en bourse en 2007. La hausse du cours de l’action Apple s’explique par les performances de l’entreprise, les résultats trimestriels présentés mardi par le groupe ayant dépassé les prévisions des analystes.

Comment Apple est-elle devenue si performante ?

Créée en 1976, l’entreprise évite la faillite en 1997 grâce au soutien financier de Microsoft [€], son concurrent historique, et au retour de Steve Jobs, l’un de ses fondateurs. Ce dernier revoit la stratégie d’Apple en concentrant ses activités sur quelques produits. Apple se relance dès 1998 avec l’iMac, un ordinateur coloré qui intègre l’unité centrale dans l’écran, puis se lance sur deux marchés qu’il bouleverse : celui de la musique, avec le baladeur numérique iPod (en 2001) et la plateforme d’achat de morceaux à l’unité iTunes (en 2003), puis celui des télécommunications, avec le portable iPhone (en 2007) et la boutique d’applications App Store (en 2008). Apple contribue au développement du marché de l’Internet mobile, qu’il accentue avec le lancement en 2010 de la tablette iPad. Les résultats de l’entreprise continuent de croître malgré le départ en août 2011 de Steve Jobs, malade, et le manque de succès de sa dernière innovation, la montre connectée Apple Watch (2015).

Comment Apple fait-il face à la concurrence ?

Les ventes d’iPhone procurent à Apple plus de la moitié de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices. Or, l’entreprise a dans ce domaine de nombreux concurrents, à commencer par le chinois Huawei, qui vient de lui ravir sa place de deuxième plus gros vendeur de smartphones au monde derrière Samsung. Selon le cabinet IDC, Apple a vendu au dernier trimestre 41,3 millions de smartphones, ce qui représente 12,1 % du marché. Si les ventes d’iPhone continuent de progresser, c’est à un rythme moindre. Pour accroître sa rentabilité, l’entreprise augmente le prix de ses téléphones : selon nos calculs à partir des revenus publiés par Apple, un appareil est vendu en moyenne en 2018 une centaine d’euros de plus qu’il y a cinq ans. Apple mise aussi sur le marché des services, c’est-à-dire des applications, des services de stockage ou encore des offres de musique. Cette division, qui représente 15 % du chiffre d’affaires, a progressé de 31 % au dernier trimestre.