6 août 2018

Tout s’explique

Accord de gouvernement au Soudan du Sud

Que prévoit l’accord ?

Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et son opposant Riek Machar ont signé hier un accord final sur le partage du pouvoir dans ce pays de plus de 12 millions d’habitants. L’accord prévoit le retour de Riek Machar au poste de vice-président, qu’il avait dû quitter en juillet 2016, la formation d’un gouvernement de transition et d’un nouveau Parlement dans lesquels les partisans de Riek Machar obtiendront plus du quart des postes et des sièges. Les discussions entre le gouvernement et les rebelles se poursuivent pour parvenir à un accord de paix plus général. Une fois signé, le gouvernement de transition devra être installé dans les trois mois pour une durée de trois ans. Par le passé, plusieurs cessez-le-feu et un accord de paix ont été rompus.

Quelle est l’origine du conflit ?

Indépendant du Soudan depuis 2011, le Soudan du Sud est ravagé par la guerre civile depuis décembre 2013, lorsque le président Salva Kiir a accusé son vice-président, Riek Machar, de fomenter un coup d’État. Le conflit s’est rapidement transformé en guerre ethnique entre les Dinka – l’ethnie de Salva Kiir – et les Nuer – l’ethnie de Riek Machar. Les affrontements ont fait des dizaines de milliers de morts et poussé plus de 4 millions de Sud-Soudanais à fuir ailleurs dans le pays ou à l’étranger, selon l’ONU. Dans ce pays qui est l’un des moins développés du monde selon l’Indice de développement humain (181e sur 188 pays), 4,8 millions de personnes sont en situation de crise alimentaire. La guerre civile a ruiné l’économie du pays, largement dépendante de sa production pétrolière.

Quel est le poids du secteur pétrolier ?

Le Soudan du Sud dispose d’importantes réserves pétrolières. Il produisait jusqu’en 2012 plus de 320 000 barils par jour, selon le ministère français des Affaires étrangères. Si l’indépendance du Soudan du Sud avait fait perdre au Soudan les trois quarts de ses puits de pétrole, ce dernier avait conservé la mainmise sur la distribution via ses oléoducs. Le Soudan et le Soudan du Sud se sont opposés à plusieurs reprises sur le niveau des redevances. Le ministre sud-soudanais du Pétrole a déclaré en décembre vouloir atteindre dans les prochains mois 200 000 barils de pétrole par jour, alors que la production est tombée à environ 130 000 barils par jour avec le conflit. En juin, il a annoncé avoir trouvé un accord avec le Soudan pour renforcer la sécurité des puits situés au Soudan du Sud.