• L’Aquarius cherche un port. La présidente de l’ONG de secours aux migrants SOS Méditerranée, Sophie Beau, a appelé « l’ensemble des pays européens à prendre leurs responsabilités pour trouver un port sûr » dans lequel son navire, l’Aquarius, pourrait faire débarquer 141 personnes qu’il a sauvées au large des côtes libyennes vendredi. Mi-juin, l’Aquarius avait dû passer une semaine en mer avec plus de 600 migrants à son bord pour pouvoir accoster dans un port européen, à Valence, en Espagne, en raison du refus de l’Italie et de Malte de l’accueillir.

  • Emballages recyclés. La secrétaire d’État à la Transition écologique, Brune Poirson, a déclaré dans un entretien publié hier par Le Journal du dimanche que le gouvernement voulait mettre en place en 2019 un système de bonus-malus « allant jusqu’à 10 % du prix des produits » pour favoriser le recours à des emballages plastiques recyclés.

  • Présidentielle au Mali. Le président d’un bureau de vote dans un village du sud-ouest de Tombouctou, au Mali, a été tué hier par des hommes armés alors que plus de 8 millions de citoyens étaient appelés à voter pour le second tour de l’élection présidentielle. Ce vote, dont les résultats sont attendus en fin de semaine, opposait le chef de l’État sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, arrivé en tête du premier tour avec 41,7 % des voix, à Soumaïla Cissé, qui a recueilli 17,8 % des suffrages.

  • Affrontements en Afghanistan. Le ministre afghan de la Défense, Tariq Shah Bahrami, a déclaré qu’au moins 100 membres des forces de sécurité de son pays avaient été tués depuis quatre jours dans des combats les opposant aux talibans, des combattants islamistes, pour le contrôle de la ville de Ghazni, dans l’est du pays. Les talibans ont lancé jeudi une offensive contre cette ville située sur un axe stratégique entre la capitale, Kaboul, et Kandahar, la deuxième ville du pays en nombre d’habitants.

  • Une sonde vers le Soleil. L’agence spatiale américaine Nasa a lancé hier la sonde Parker Solar Probe, dont le but est de devenir l’engin spatial s’approchant le plus près du Soleil, à un peu plus de 6 millions de kilomètres de sa surface. L’objectif est de « tenter de résoudre l’un des plus grands mystères entourant notre étoile : comment la température de son atmosphère peut-elle dépasser le million de degrés alors que celle de sa surface atteint seulement 6 000 °C ? », explique le site du Centre national d’études spatiales français.