13 août 2018

Ça alors

La mer Caspienne a désormais un statut

Les chefs d’État de la Russie, de l’Iran, du Kazakhstan, de l’Azerbaïdjan et du Turkménistan ont signé hier un accord définissant le statut juridique de la mer Caspienne, une première depuis la chute de l’Union soviétique en 1991 qui a fait passer de deux à cinq le nombre de pays bordant cette mer. Ils ont décidé de donner à cette étendue d’eau salée un statut spécial n’en faisant ni une mer, ni un lac et s’affranchissant ainsi du droit international qui organise un partage différent des ressources selon le type d’étendue. L’Agence d’information sur l’énergie, qui dépend du département américain de l’Énergie, a estimé en 2012 les réserves prouvées ou probables de la mer Caspienne à 48 milliards de barils de pétrole et 292 000 milliards de m3 de gaz naturel. L’accord prévoit d’autoriser la construction de pipelines sous-marins, de fixer des quotas de pêche des esturgeons et d’interdire toute présence militaire d’un pays tiers.