• Téléphones en prison. 40 067 téléphones et accessoires comme des chargeurs et des cartes SIM ont été saisis en 2017 dans les 180 prisons françaises, où sont détenues près de 70 000 personnes, selon des chiffres communiqués aujourd’hui par l’administration pénitentiaire. Le nombre de saisies est en hausse de près de 20 % par rapport à l’année précédente.

  • Contrôle de la recherche d’emploi. 92 % des bénéficiaires de l’assurance chômage cherchent activement un emploi, selon une étude publiée hier par Pôle emploi à partir de contrôles aléatoires réalisés au cours de l’année 2016. L’organisme, qui a généralisé depuis 2015 le contrôle de la recherche d’emploi, explique y dédier 215 conseillers spécialisés qui réalisent en moyenne 12 000 contrôles chaque mois.

  • Fièvre charbonneuse. L’Agence régionale de santé de Provence-Alpes-Côte d’Azur, chargée localement de l’application de la politique de santé publique, a annoncé hier que plus de 50 bovins, ovins et équidés étaient morts de fièvre charbonneuse dans les Hautes-Alpes depuis le 28 juin. Elle a précisé que plusieurs mesures avaient été prises pour lutter contre cette maladie infectieuse causée par une bactérie, le bacille du charbon, comme le traitement antibiotique ou la vaccination de tous les animaux des élevages concernés et l’interdiction de sortie de ces animaux de leurs exploitations ou de leurs pâturages.

  • Migrants et Italie. Le Diciotti, un navire des gardes-côtes italiens qui a sauvé en mer Méditerranée 177 migrants dans la nuit de mercredi à jeudi, a pu accoster hier soir dans le port de Catane, en Sicile, après avoir attendu une autorisation pendant plusieurs jours. Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, également dirigeant de la Ligue, un parti anti-immigration, a toutefois refusé que les migrants puissent débarquer tant que les autres États membres de l’Union européenne n’auront pas pris l’engagement de les accueillir.

  • Le Salvador lâche Taïwan. Le Salvador, un État d’Amérique centrale, a annoncé qu’il établissait des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine et rompait celles qu’il entretenait avec Taïwan, une île revendiquée par les autorités chinoises qui n’est plus reconnue que par 17 États. Le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, a accusé la Chine de promettre une aide financière à ses partenaires pour qu’ils cessent de reconnaître Taïwan, ce qu’ont déjà fait cette année la République dominicaine et le Burkina Faso.