• Un nouveau Premier ministre en Australie. Jusqu’ici ministre australien des Finances, Scott Morrison a succédé à Malcolm Turnbull au poste de Premier ministre de l’Australie après avoir pris la direction du Parti libéral à la suite d’un vote interne, le second en quatre jours. Fragilisé par les sondages qui donnent l’opposition travailliste victorieuse aux prochaines élections parlementaires de mai, Malcolm Turnbull est le quatrième Premier ministre australien à être écarté après une fronde interne depuis les élections de 2007.

  • Exhumer Franco. Le Conseil des ministres espagnol a approuvé un texte, qui doit encore être voté au Parlement, permettant d’exhumer de son mausolée l’ancien dictateur Francisco Franco, vainqueur de la guerre civile espagnole (1936-1939) et chef de l’État jusqu’à sa mort en 1975. Le nombre de visiteurs du mausolée de Valle de los Caidos, situé à 50 km au nord-ouest de Madrid, a progressé de 65 % en juillet par rapport à juin, date de l’arrivée au poste de chef du gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, qui avait promis cette exhumation à la suite de son investiture.

  • Ebola en RDC. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui sévit dans l’est de la République démocratique du Congo depuis le 1er août avait fait jusqu’ici 63 morts. L’OMS a précisé qu’un cas d’infection par le virus avait été recensé dans une « zone de grande insécurité » située sur un territoire contrôlé par des troupes rebelles composées de combattants ougandais soupçonnés d’avoir massacré plusieurs centaines de civils depuis 2014.

  • Élection validée au Zimbabwe. La Cour constitutionnelle zimbabwéenne a validé l’élection du président, Emmerson Mnangagwa, élu le 30 juillet, estimant que les accusations de fraudes portées par le parti d’opposition Mouvement pour le changement démocratique (MDC) n’avaient pas été prouvées. La requête du MDC avait provoqué le report de la cérémonie d’investiture du président Mnangagwa, ancien vice-président de Robert Mugabe, arrivé au pouvoir en novembre après le renversement de ce dernier par l’armée. La cérémonie doit se tenir d’ici à dimanche.

  • Migrants vénézuéliens au Pérou. Deux organismes de l’ONU, le Haut-Commissariat pour les réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrations, ont demandé hier aux pays latino-américains de continuer à accueillir les Vénézuéliens fuyant leur pays en crise alors que le Pérou s’apprête à durcir demain, une semaine après l’Équateur, ses conditions d’accueil. Les Vénézuéliens devront présenter à partir de demain un passeport, un document difficile à obtenir au Venezuela, pour entrer au Pérou, qui dénombre 400 000 réfugiés vénézuéliens sur son sol et en voit arriver 3 000 nouveaux chaque jour, selon les services d’immigration péruviens.