30 août 2018

Ça alors

Les bourdons accros aux néonicotinoïdes

Une étude, publiée hier dans la revue scientifique britannique Proceedings of the Royal Society B, a montré qu’après une première phase de rejet, les bourdons, qui sont des abeilles sauvages, se mettent à préférer la nourriture contenant des insecticides néonicotinoïdes. Ces produits élaborés à partir de substances proches de la nicotine sont « potentiellement nocifs » pour les insectes pollinisateurs, notent les chercheurs. En avril 2015, une étude publiée dans la revue scientifique britannique Nature avait montré la préférence de l’abeille domestique pour la nourriture traitée. « Depuis 10 ans, les scientifiques cherchent à savoir si les abeilles sauvages sont sensibles aux facteurs qui déciment les abeilles domestiques, explique à Brief.me Mathieu Lihoreau, chargé de recherche au CNRS. Les observations tendent à prouver que oui. » À partir de samedi, cinq des sept substances composant les néonicotinoïdes seront interdites en France en application de la loi sur la biodiversité de 2016, avec des dérogations possibles jusqu’au 1er juillet 2020.