7 septembre 2018

Ça alors

Coopération contre les mutilations génitales féminines

Plusieurs agences de police et de contrôle des frontières du Royaume-Uni et des États-Unis ont annoncé aujourd’hui avoir signé un accord pour partager des informations dans la lutte contre les mutilations génitales féminines, dont l’excision. Le Royaume-Uni mène depuis 2014 des opérations de prévention dans les aéroports pendant l’été, période à laquelle des jeunes filles sont renvoyées temporairement dans le pays d’origine de leur famille pour y subir l’ablation partielle ou totale de leur clitoris et des petites lèvres. Des agents cherchent à repérer les adolescentes en fonction de leur comportement, voire de leur difficulté à marcher, et tentent de les convaincre de témoigner en justice pour faire cesser ces mutilations. Plus de 200 millions de filles et de femmes ont subi au cours de leur vie des mutilations génitales dans 30 pays, essentiellement d’Afrique, du Proche-Orient et d’Asie, selon un rapport publié en 2016 par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).