11 septembre 2018

C'est leur avis

Un risque pour la justice internationale

John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, a menacé hier de sanctions les juges et les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI), l’instance créée en 2002 par 132 pays pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, si celle-ci lançait des poursuites contre des Américains, notamment pour des exactions en Afghanistan. Simon Tisdall, chroniqueur du Guardian spécialiste des relations internationales, craint que d’éventuelles sanctions américaines entraînent des réactions en chaîne.

« L’une des intentions de Bolton a été de suggérer que les sanctions américaines et autres mesures punitives contre la CPI et son personnel pourraient être mises en place pour secourir des alliés des États-Unis au cas où ils se retrouveraient sur le banc des accusés. Cette catégorie pourrait inclure Israël étant donné l’examen préliminaire de la CPI en cours en Palestine. Si elles étaient mises en œuvre, des sanctions américaines pourraient affaiblir la CPI. Les États africains tentés de s’en retirer, comme l’Afrique du Sud, pourraient décider d’aller au bout de leur démarche. Les pays non membres seraient encouragés à limiter ou refuser toute coopération. » Simon Tisdall