12 septembre 2018

Ça alors

Pour son image, Hanoï ne veut plus de viande de chien et de chat

La municipalité de Hanoï, la capitale du Vietnam, a publié hier un décret encadrant plus strictement l’élevage, l’abattage et la vente de viande de chien et de chat, estimant que cette pratique nuit à « l’image civilisée et moderne » de la ville auprès des touristes. Il s’agit également d’une mesure censée permettre d’éradiquer des maladies comme la rage. La municipalité recense 493 000 chiens et chats sur son territoire, dont 87,5 % sont utilisés pour « garder les maisons », c’est-à-dire domestiqués, tandis que le reste est destiné à la consommation. Plus de 1 000 établissements vendent de la viande de chien et de chat dans la ville. Selon une estimation de l’association de défense des animaux Asia Canine Protection Alliance, plus de 5 millions de chiens sont consommés chaque année au Vietnam. Moins commune, la viande de chat est principalement consommée dans les zones rurales.