• Camp de migrants évacué. À la suite d’une décision du tribunal administratif de Nantes rendue hier, les forces de l’ordre ont évacué ce matin 698 migrants d’un campement de fortune installé depuis début juin dans un square du centre de Nantes, en Loire-Atlantique. Ils ont tous été relogés dans cinq gymnases répartis dans la ville, le temps que l’État et l’Office français de l’immigration et de l’intégration les orientent « vers des dispositifs d’accueil correspondant à leur situation administrative », selon le tribunal.

  • Ourses dans les Pyrénées. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a confirmé lors d’une réunion à la préfecture de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, la réintroduction d’ici début octobre dans le département de deux ourses en provenance de Slovénie. Ce projet avait été lancé en mars par son prédécesseur, Nicolas Hulot, pour éviter la disparition de l’espèce en France alors que seuls deux ours mâles sont recensés dans le département. Il avait donné lieu à plusieurs manifestations d’opposants, principalement des éleveurs ayant des craintes pour leur bétail.

  • Loi logement. Les députés et les sénateurs réunis en commission mixte paritaire sont parvenus hier soir à se mettre d’accord sur une version commune du projet de loi concernant le logement et l’aménagement du territoire qui sera proposé au vote des deux chambres en vue de son adoption. Les élus se sont notamment entendus sur un nouveau seuil de logements neufs accessibles aux personnes handicapées, qui sera porté à 20 % au lieu des 10 % envisagés initialement (contre 100 % actuellement).

  • Dopage et Russie. L’Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé la réintégration de l’agence russe antidopage Rusada, suspendue fin 2015 en raison de la mise en place d’un système de dopage institutionnel en Russie de 2011 à 2015. Cette suspension empêchait notamment la Russie de se voir attribuer des compétitions sportives internationales. L’AMA qui a pris cette décision a demandé à ce que Rusada donne accès aux échantillons et aux données de son laboratoire à Moscou.

  • Taxe carbone. La directrice de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva, a déclaré hier, en marge d’une réunion de représentants du G7 sur l’environnement au Canada, que la lutte contre le réchauffement climatique devait passer par la mise en place d’une taxe sur le carbone, qui constitue « la meilleure manière de montrer aux économies qu’il faut changer de comportement ». Elle a affirmé que l’institution internationale réfléchissait à instaurer une évaluation du « coût social des dossiers » qui lui sont soumis afin de favoriser les moins polluants.