• Accord sur la Syrie. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, ont conclu lundi un accord qui prévoit de créer, à partir du 15 octobre, une « zone démilitarisée » sous contrôle russo-turc autour des territoires insurgés d’Idleb. Cet accord, qui vise à éviter une offensive contre Idleb, a été approuvé par le gouvernement syrien. Ce dernier avait annoncé en août son intention de reprendre cette zone qui est la dernière grande région sous domination des forces rebelles, le reste du territoire étant pour l’essentiel repassé sous le contrôle du régime de Bachar el-Assad ou sous celui des Kurdes.

  • Droits de douane. Le ministre du Commerce chinois a déclaré mardi qu’il imposerait à partir de lundi prochain des taxes douanières de 5 % à 10 % sur des importations américaines d’un montant annuel de 60 milliards de dollars, en réponse à l’annonce la veille par le président américain de la mise en place à partir du même jour de taxes douanières de 10 % sur des importations chinoises représentant 200 milliards de dollars. Les États-Unis, qui souhaitent que la Chine cesse ce qu’ils considèrent comme des entraves au bon fonctionnement du commerce international, avaient déjà mis en place ces derniers mois des droits de douane de 25 % sur l’équivalent de 50 milliards de dollars d’importations chinoises.

  • Dénucléarisation nord-coréenne. Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a annoncé mercredi lors d’un sommet avec son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, accepter la présence d’inspecteurs internationaux lors de la fermeture d’une base de lancement de missiles située sur la côte ouest du pays. Il s’est également déclaré prêt à fermer le site où est installé l’unique réacteur nucléaire de la Corée du Nord et où s’effectuent des recherches sur l’atome, à condition que les États-Unis prennent « des mesures équivalentes » en faveur de la paix.

  • Geste pour les retraités. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé jeudi que 300 000 retraités, et non 100 000 comme il l’avait prévu en mars, ne seraient plus soumis à l’augmentation de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG), entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Si cette hausse de la CSG a été compensée pour les salariés, elle se traduit cette année pour 60 % des retraités, soit 7,5 millions de personnes, par une baisse de leurs pensions.

  • Blocage sur le Brexit. Les dirigeants européens ont rejeté jeudi le plan de sortie du Royaume-Uni de l’UE proposé en juillet par la Première ministre britannique, Theresa May. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a estimé que ce plan, qui prévoit la libre circulation des marchandises, mais pas celle des services et des personnes, menace « l’intégrité du marché unique » et a demandé à Londres de proposer des correctifs. Alors que la date butoir pour le Brexit est fixée le 29 mars 2019, Theresa May a répété hier après-midi qu’une absence d’accord serait préférable à un mauvais accord.