• Budget de la Sécurité sociale. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et le ministre du Budget, Gérald Darmanin, ont présenté le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019. Il prévoit que le solde du régime général et du fonds de solidarité vieillesse sera positif pour la première fois depuis 2001, avec un excédent de 700 millions d’euros.

  • Bilan de Parcoursup. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a déclaré que Parcoursup, la plateforme chargée d’affecter les lycéens dans des établissements d’enseignement supérieur, avait fait plus de 2,4 millions de propositions à environ 730 000 jeunes sur les 812 000 candidats qui s’étaient inscrits sur le site. Elle a toutefois déclaré que la durée du processus avait « entretenu un sentiment d’insécurité » et que le calendrier serait revu en 2019.

  • Aide aux harkis. La secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, a annoncé que 40 millions d’euros seraient débloqués dans les quatre prochaines années pour venir en aide aux harkis, des musulmans algériens ayant combattu aux côtés de l’armée française pendant la guerre d’Algérie, et à leurs enfants. Elle a estimé que la France avait « manqué à son devoir d’accueillir ou de protéger ceux qui s’étaient battus pour elle ».

  • Commerce UE-Iran. La haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, a annoncé hier soir en marge de l’Assemblée générale de l’ONU que l’UE allait créer une entité pour permettre aux entreprises européennes de continuer à commercer avec l’Iran, notamment acheter son pétrole, en contournant les sanctions américaines mises en place en août. Ces sanctions peuvent s’appliquer à toute entreprise ayant un lien avec les États-Unis.

  • L’entourage de Maduro sanctionné. Le Trésor américain a pris des sanctions financières contre quatre proches du président vénézuélien, Nicolas Maduro, dont son épouse, comme le gel de leurs avoirs aux États-Unis. « Le président Maduro s’appuie sur son entourage pour maintenir sa mainmise sur le pouvoir alors que son régime pille systématiquement ce qu’il reste de la richesse du Venezuela », a affirmé le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.