3 octobre 2018

Ça se chiffre

Les prix Nobel et les femmes

Le prix Nobel de physique a été attribué hier à trois chercheurs, dont la Canadienne Donna Strickland. Elle n’est que la troisième chercheuse récompensée en physique. De 1901, année de la première remise des prix Nobel, à 2017, seules 49 de ces récompenses ont été décernées à des femmes (dont deux à Marie Curie, en physique et en chimie), contre 896 à des hommes. Si des femmes sont plus souvent lauréates ces dernières années, elles sont encore parfois absentes du palmarès, comme de 1998 à 2002 ainsi qu’en 2016 et 2017. Les femmes représentent environ 29 % des chercheurs selon une étude menée dans 110 pays par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). L’historienne des sciences américaine Margaret Rossiter a défini en 1993 « l’effet Matilda », du nom d’une militante féministe américaine, selon lequel des femmes scientifiques sont privées de la reconnaissance de leurs découvertes au profit de collègues masculins, ce qui fut le cas de l’Autrichienne Lise Meitner, qui a découvert la fission nucléaire.