• Ours dans les Pyrénées. Le ministère de la Transition écologique a déclaré qu’une première ourse en provenance de Slovénie avait été relâchée ce matin dans le Béarn dans le cadre d’un projet de réintroduction de deux femelles dans l’ouest des Pyrénées, où il ne restait que deux ours mâles. Alors que le projet rencontre l’opposition de nombreux éleveurs craignant pour leurs troupeaux, le ministre, François de Rugy, a dénoncé les « personnes qui se croient autorisées à faire des barrages sur les routes, à me menacer avec des fusils ».

  • Échange de HLM. La mairie de Paris a lancé un site internet permettant aux locataires d’habitations à loyer modéré (HLM) d’échanger leur logement pour qu’il soit adapté à l’évolution de leur situation (agrandissement de la famille, départ des enfants, mobilité géographique, etc.). Les transactions devront être validées par la commission d’attribution des logements de chaque bailleur social.

  • Rapport sur Brett Kavanaugh. Le FBI, la police fédérale américaine, a remis au président américain, Donald Trump, et à la commission judiciaire du Sénat son rapport sur les accusations d’agression à l’encontre de Brett Kavanaugh, le candidat choisi par le chef de l’État pour occuper le siège vacant à la Cour suprême des États-Unis. « Cette enquête n’a trouvé aucune trace de comportement inapproprié », a déclaré le sénateur républicain Chuck Grassley.

  • Sauvetage de migrants en mer. L’ONG allemande de sauvetage de migrants en mer Sea-Watch a annoncé avoir affrété avec plusieurs autres associations humanitaires un nouveau bateau, battant pavillon italien, pour secourir des naufragés en Méditerranée. « Nous sommes de nouveau en mer, pour garder un œil vigilant et défier la politique européenne qui laisse les gens couler », a déclaré l’ONG sur Twitter.

  • Grâce annulée pour Fujimori. La Cour suprême du Pérou a annulé hier soir la grâce présidentielle accordée en décembre pour raisons de santé à Alberto Fujimori, président du pays de 1990 à 2000. Après la publication de cette décision, l’ancien chef de l’État, condamné en 2009 à 25 ans de prison pour avoir commandité des meurtres et des kidnappings, a été hospitalisé.

  • Panama et fraude fiscale. Le gouvernement panaméen a annoncé hier soir qu’il avait commencé une procédure d’échange automatique d’informations émanant de ses institutions financières avec une trentaine de pays, dont la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, pour lutter contre la fraude fiscale. Le Panama s’était engagé à cet échange d’informations en mars 2017 pour éviter d’être placé sur la liste noire des paradis fiscaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui réunit 36 pays parmi les plus développés du monde.