11 octobre 2018

Tout s'explique

La France prépare une réforme des retraites

Quelles sont les pistes de réforme proposées ?

Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a présenté hier les grandes lignes du projet de réforme. Celui-ci prévoit un « système universel » : l’ensemble des assurés, qu’ils soient fonctionnaires, indépendants, agriculteurs ou salariés du privé, seront amenés à cotiser pour un régime unique qui remplacera les 42 régimes existants. Pour unifier les régimes, la réforme prévoit de créer une retraite « par points ». Dans ce système, l’actif accumule chaque année un certain nombre de points en fonction du montant qu’il cotise. Lorsqu’il prend sa retraite, les points accumulés sont convertis en un montant de pension. Certains critères, notamment l’âge effectif de départ à la retraite, pondèrent ce montant. Actuellement, les pensions sont calculées à partir des salaires des 25 meilleures années dans le privé et des six derniers mois dans la fonction publique.

Pourquoi le gouvernement veut-il réformer les retraites ?

Selon le Conseil d’orientation des retraites, un service du Premier ministre, si le solde financier du système de retraite est actuellement proche de l’équilibre, il va se dégrader en raison de l’augmentation de la proportion de retraités dans la population. Il ne sera plus positif avant 2036 selon les scénarios les plus optimistes, pouvant rester déficitaire au-delà de 2070 selon les scénarios pessimistes. Toutefois, Jean-Paul Delevoye justifie surtout la réforme par l’évolution du monde du travail. Il a estimé ce matin sur France Inter que l’actuel système n’était pas « adapté au XXIe siècle ». Le projet vise à permettre de changer d’activité ou de secteur sans effet négatif sur les droits à la retraite. Les syndicats FO et CGT redoutent cependant un report de l’âge effectif de départ à la retraite et une baisse des pensions.

Quel est le calendrier avancé ?

Pour préparer la réforme, le gouvernement a ouvert le 31 mai une plateforme de consultation citoyenne. Jean-Paul Delevoye conduit parallèlement une concertation avec les partenaires sociaux afin de déterminer notamment l’âge minimum pour partir à la retraite et la manière de prendre en compte les périodes non travaillées (chômage, congé parental, etc.). Le gouvernement prévoit de présenter un projet de loi en juin 2019, soit après les élections européennes, et de le soumettre au Parlement en 2019, sans calendrier plus précis. La réforme ne s’appliquera pas aux retraités actuels, ni à ceux qui prendront leur retraite avant 2025. De 1945 à 1986, les réformes des régimes de retraite ont conduit à une hausse des prestations et à un abaissement de l’âge légal de départ à la retraite. Les cinq réformes votées depuis 1993 ont augmenté la durée de cotisation et aligné progressivement cette durée à la hausse pour tous.