16 octobre 2018

Tout s'explique

L’Élysée présente un gouvernement remanié

Quels sont les équilibres du nouveau gouvernement ?

L’Élysée a annoncé la composition du nouveau gouvernement, après la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb début octobre. Son remplaçant est Christophe Castaner, jusqu’ici secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement et délégué général de La République en marche, poste dont il a aussitôt démissionné. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a mis fin aux fonctions de trois ministres : Jacques Mézard (Cohésion des territoires), Françoise Nyssen (Culture) et Stéphane Travert (Agriculture). Huit personnes font leur entrée. L’ancien président du groupe socialiste au Sénat Didier Guillaume est nommé ministre de l’Agriculture. Emmanuelle Wargon, ancienne haute fonctionnaire devenue directrice de la communication chez Danone, devient secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique. Le gouvernement respecte la parité femmes-hommes et comprend aussi bien des personnalités issues de LREM, du MoDem, de LR ou du Parti écologiste, que de la société civile.

Qui est Franck Riester ?

Franck Riester, 44 ans, remplace au ministère de la Culture Françoise Nyssen, ancienne dirigeante des éditions Actes Sud. Diplômé de l’école de commerce Essec, il a débuté dans la vie politique à 21 ans en étant élu conseiller municipal de Coulommiers (Seine-et-Marne) en 1995, puis est devenu député en 2007. Il a milité à droite au sein du RPR dès 16 ans, a été l’un des porte-parole adjoints de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012, puis secrétaire général adjoint de l’UMP en 2013. Il avait retiré son soutien à François Fillon pour la présidentielle de 2017 après la mise en cause de celui-ci dans une affaire d’emplois fictifs. Il a fondé en novembre le parti politique Agir avec d’anciens membres des Républicains. Sur les sujets culturels, il s’est principalement fait remarquer pour avoir été le rapporteur des projets de loi Hadopi, visant à faire respecter les droits d’auteur sur Internet.

Quel est le bilan de Stéphane Travert au ministère de l’Agriculture ?

L’action de Stéphane Travert au ministère de l’Agriculture s’est principalement concentrée sur l’organisation des États généraux de l’alimentation, une série de rencontres qui réunissait des agriculteurs, des industriels, des distributeurs, des associations et des élus, en vue de préparer le projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation, adopté le 2 octobre. Le texte a par exemple fixé pour objectif qu’au moins 20 % de produits bio soient employés dans la restauration collective publique et l’élaboration de contrats pour améliorer la rémunération des producteurs par la grande distribution. Ce texte ne comporte pas, toutefois, l’inscription de l’interdiction d’ici 2021 du glyphosate, un pesticide. Emmanuel Macron s’était engagé sur ce calendrier, mais Stéphane Travert a estimé en juin sur Europe 1 qu’il ne fallait « pas d’interdiction sans solution » pour les agriculteurs.