• Indemnisations dans l’Aude. L’état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 126 communes de l’Aude après les inondations qui ont touché le département dans la nuit de dimanche à lundi, selon un arrêté publié au Journal officiel. Cette démarche doit permettre une indemnisation rapide par les assureurs des victimes de ces inondations qui ont fait 14 morts et 75 blessés.

  • Le Maire et l’affaire Khashoggi. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé qu’il ne se rendrait pas la semaine prochaine à la conférence sur les investissements du futur organisée à Riyad, en Arabie saoudite. Il a justifié cette décision par les soupçons pesant sur l’Arabie saoudite dans la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, qui n’a plus été revu depuis qu’il s’est rendu au consulat de son pays à Istanbul en Turquie le 2 octobre.

  • Mobilisation de sportifs. Plus de 380 sportifs professionnels, dont les champions olympiques Martin Fourcade, Perrine Laffont et Teddy Riner, ont signé une lettre ouverte à Emmanuel Macron lui demandant de ne pas supprimer de postes d’encadrement technique dans le milieu du sport français. Ils se réfèrent à une lettre de cadrage envoyée en juillet par les services du Premier ministre à la ministre des Sports réclamant la suppression de 1 600 postes de fonctionnaires d’ici 2022.

  • Évasion fiscale. Des techniques d’optimisation et de fraude fiscale sur les dividendes versés par les entreprises ont privé les États de l’Union européenne de 55 milliards d’euros de recettes fiscales entre 2001 et 2017, selon une enquête publiée aujourd’hui par 19 médias européens, dont Le Monde. Les personnes ayant eu recours à ces procédés ont profité d’avantages fiscaux offerts à certains investisseurs étrangers, comme l’expliquent plusieurs schémas publiés par Le Monde.

  • Transition post-Brexit. La Première ministre britannique, Theresa May, s’est dite prête à discuter de l’extension de la période de transition qui doit suivre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 29 mars, tout en précisant que cette possibilité « ne devrait pas être utilisée ». Prévue pour s’achever le 31 décembre 2020, cette période de transition doit permettre au Royaume-Uni de continuer à participer au Marché unique et à l’Union douanière sans pouvoir prendre part aux décisions européennes.