• Accord salarial chez Air France. La direction de la compagnie aérienne Air France a annoncé avoir signé un accord salarial avec des syndicats représentant 76,4 % des suffrages exprimés aux dernières élections professionnelles, soit assez pour qu’il puisse être mis en œuvre. Le conflit sur les hausses de salaires a provoqué depuis le début de l’année une série de grèves et le départ du PDG d’Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac.

  • Le projet de budget italien critiqué. Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a déclaré hier soir que la Commission européenne avait envoyé une lettre aux dirigeants italiens dénonçant « une déviation sans précédent » du projet de budget pour 2019 qu’a communiqué l’Italie cette semaine par rapport aux engagements du pays. Le projet italien prévoit une augmentation de 0,8 point du déficit structurel du pays (le déficit public qui n’est pas lié à la conjoncture économique) rapporté au PIB alors que l’Union européenne attendait une réduction de 0,6 point.

  • Affaire Khashoggi. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré qu’il était « hors de question » pour son pays de fournir aux autorités américaines un enregistrement sonore sur ce qui est arrivé au journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Le quotidien turc Yeni Safak a affirmé mercredi avoir eu accès à un enregistrement prouvant que le journaliste a été torturé et tué au sein du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Le président américain, Donald Trump, qui a dit que son pays avait demandé à écouter cet enregistrement « s’il existe », a déclaré hier soir que le journaliste était probablement mort.

  • Justice polonaise. La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a ordonné à la Pologne de « suspendre immédiatement » l’application d’une réforme entrée en vigueur en avril ayant avancé l’âge de départ à la retraite des juges de la Cour suprême du pays et poussé au départ une vingtaine d’entre eux. En attendant un jugement sur le fond, elle demande à la Pologne de permettre aux juges concernés par la réforme d’« exercer leur fonction au même poste » et de s’abstenir de toute nouvelle nomination de juges à la Cour suprême.

  • WhatsApp et la présidentielle brésilienne. Le candidat du Parti des travailleurs au Brésil, Fernando Haddad, a accusé hier soir le candidat ultraconservateur Jair Bolsonaro, qu’il affrontera au second tour de l’élection présidentielle le 28 octobre, de mener une campagne de désinformation contre lui sur la messagerie électronique WhatsApp. Le quotidien Folha de Sao Paulo a publié hier un article selon lequel des entreprises ont financé des envois massifs de messages hostiles au Parti des travailleurs sur WhatsApp. La loi brésilienne interdit aux entreprises de financer des campagnes électorales.