22 octobre 2018

Ça alors

Des albatros équipés pour traquer la pêche illégale

Le Centre d’études biologiques de Chizé, un organisme public situé dans les Deux-Sèvres, a prévu de poser à partir de fin novembre et jusqu’en mars 150 balises sur des albatros. Celles-ci serviront à étudier leur comportement et à contribuer à leur préservation, en traquant les bateaux suspectés de pêche illégale dans les Terres australes et antarctiques françaises (qui comprennent notamment les îles Kerguelen). Les balises détecteront les radars des bateaux qu’approcheront les oiseaux, attirés par les poissons pêchés, et qui parviennent à échapper aux systèmes de localisation actuels. Les données seront accessibles aux autorités qui pourront vérifier si ces bateaux sont autorisés à naviguer. Selon l’ONG britannique Birdlife International, les albatros sont les oiseaux de mer les plus menacés, avec 15 espèces sur 22 risquant l’extinction. L’ONG estime qu’environ 100 000 albatros meurent chaque année, pris dans les filets des chaluts et autres engins de pêche.