23 octobre 2018

Tout s'explique

L’Arabie saoudite en difficulté après la mort de Jamal Khashoggi

Où en est l’enquête concernant la mort de Jamal Khashoggi ?

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’est exprimé aujourd’hui devant le Parlement de son pays à propos de l’enquête menée par les services turcs sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Les autorités saoudiennes ont déclaré samedi que celui-ci est mort après une « rixe » dans le consulat du pays à Istanbul, où il s’était rendu le 2 octobre. Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les enquêteurs turcs avaient « rassemblé des éléments démontrant que le meurtre a été planifié ». Il a précisé que trois agents saoudiens étaient arrivés en Turquie la veille de la mort du journaliste, ainsi que 15 autres Saoudiens le jour de son décès. Le président turc a demandé l’extradition de 18 suspects interpellés en Arabie saoudite. Recep Tayyip Erdogan a précisé que le corps du journaliste n’avait toujours pas été retrouvé.

Quel impact cette affaire a-t-elle sur le forum économique saoudien ?

L’Arabie saoudite accueille à partir d’aujourd’hui et jusqu’à jeudi la deuxième édition du « Future Investment Initiative », un forum économique dédié à encourager les investissements dans le royaume. Or de nombreuses personnalités devant s’y rendre ont annulé leur venue depuis l’affaire Khashoggi. C’est le cas de la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, dont l’organisation a annoncé l’absence jeudi, sans la justifier. Le ministre de l’Économie français, Bruno Le Maire, en a fait de même, appelant à « faire la lumière » sur cette affaire. Les dirigeants d’EDF, de BNP Paribas, de la Société générale, d’Uber ou de Google seront également absents. Le PDG de Total a en revanche maintenu sa participation. Mohammed ben Salmane, le prince héritier du royaume, qui a présenté en 2016 un plan visant à diversifier l’économie du pays, a annulé le discours qu’il devait donner aujourd’hui.

Que prévoient certains pays concernant les armes vendues à l’Arabie saoudite ?

La chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé dimanche que l’Allemagne suspendait ses exportations d’armes à destination de l’Arabie saoudite « dans les circonstances actuelles ». Le ministre de l’Économie allemand a appelé hier tous les pays membres de l’UE à agir de la sorte. Selon un rapport publié en mars par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), un organisme indépendant travaillant sur des questions de sécurité, l’Arabie saoudite est le deuxième importateur d’armes au monde et les États-Unis et l’Europe lui fournissent 98 % de celles-ci. Selon un rapport du ministère des Armées remis au Parlement en juin, l’Arabie saoudite est le deuxième client des armes françaises. Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré hier qu’il ne comptait pas suspendre les exportations d’armes vers l’Arabie saoudite afin de protéger des emplois américains.