• Obama et Clinton visés. Des engins explosifs ont été découverts aujourd’hui dans le courrier adressé à Barack Obama et Hillary Clinton, a déclaré le service chargé de la protection de personnalités comme le président et les anciens présidents des États-Unis. La rédaction de CNN à New York a été évacuée après une découverte similaire. L’homme d’affaires et philanthrope George Soros a été victime lundi d’un envoi du même genre à son domicile, ont révélé hier les forces de police.

  • Sanctions contre l’Arabie saoudite. La France prendra « des sanctions adéquates » contre l’Arabie saoudite à condition que le rôle des autorités saoudiennes dans la mort du journaliste Jamal Khashoggi soit « parfaitement établi » et les faits « corroborés par nos services de renseignement », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont décidé de révoquer les visas de plusieurs Saoudiens suspectés d’être impliqués dans le décès du journaliste survenu le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

  • Livraisons de fioul à Gaza. Les livraisons de fioul payé par le Qatar pour alimenter la seule centrale électrique de la bande de Gaza ont repris ce matin. Elles avaient été interrompues le 12 octobre par Israël en raison des manifestations organisées par des habitants de Gaza à la frontière avec Israël. Le ministre israélien de la Défense a ordonné dimanche la réouverture des deux points de passage pour les personnes et pour les marchandises.

  • Obsolescence programmée. L’autorité garante de la concurrence en Italie a infligé une amende de 10 millions d’euros à Apple et de 5 millions d’euros à Samsung pour leur politique d’obsolescence programmée. Elle reproche aux deux entreprises des mises à jour du système sur leurs modèles de téléphones portables ayant entraîné de « graves dysfonctionnements » poussant à leur remplacement par des modèles plus récents.

  • Porsche condamné en Allemagne. Porsche SE, le principal actionnaire de Volkswagen, a été condamné par le tribunal de Stuttgart à payer 47 millions d’euros de dommages et intérêts à des investisseurs. Il a « manqué à ses devoirs d’information » en alertant trop tard les actionnaires de la manipulation des moteurs pour fausser le résultat des tests antipollution, a estimé le tribunal. C’est la première décision dans une série de procès intentés par des actionnaires contre Porsche SE et Volkswagen.