25 octobre 2018

C'est leur avis

La fuite en avant populiste de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a de nouveau dénoncé hier, depuis le Parlement européen, une « persécution politique », en raison des perquisitions qui ont eu lieu la semaine dernière au siège de son parti La France insoumise et à son domicile. Dans un article publié par Les Échos, le politologue Zaki Laïdi voit dans son évolution une fuite en avant populiste explicable par ses échecs.

« Certes, Mélenchon est toujours là, au premier rang, pour dénoncer, vilipender et invectiver le gouvernement. Mais aucune des mobilisations qu’il a cherché à organiser ou instrumentaliser depuis 2017 n’a connu de débouché politique. Il est donc par la force des choses engagé dans une fuite en avant populiste en ayant bien compris que sa seule marge de progression politique se trouvait chez l’électorat de Marine Le Pen. […] Sans user du registre de la xénophobie qu’il réserve à l’Allemagne, Mélenchon en vient graduellement à s’aligner sur les positions des Allemands de Die Linke qui dénoncent l’immigration non pas au nom d’arguments culturels, mais d’arguments économiques et sociaux. » Zaki Laïdi