• Budget italien. La Commission européenne a demandé mardi à l’Italie de revoir son budget pour 2019, le jugeant non conforme aux règles de stabilité budgétaire. La Commission, qui n’avait jusqu’ici jamais rejeté le budget d’un État membre, a donné trois semaines au gouvernement italien pour présenter un projet révisé. L’exécutif italien a reconnu lundi ne pas respecter ses engagements de réduction de la dette, en précisant qu’il s’agissait d’« une décision difficile, mais nécessaire » pour espérer « retrouver le niveau de PIB d’avant la crise ».

  • Obsolescence programmée. L’autorité garante de la concurrence en Italie a infligé mercredi une amende de 10 millions d’euros à Apple et de 5 millions d’euros à Samsung pour leur politique d’obsolescence programmée. Elle reproche aux deux entreprises des mises à jour du système sur leurs modèles de téléphones portables ayant entraîné de « graves dysfonctionnements » poussant à leur remplacement par des modèles plus récents. Il s’agit de la première condamnation de ce type dans le monde.

  • Mort de Jamal Khashoggi. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré mardi que les enquêteurs turcs avaient « rassemblé des éléments démontrant que le meurtre » du journaliste saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre dans le consulat de son pays à Istanbul avait « été planifié ». Le ministère turc de la Justice a annoncé vendredi que le parquet avait demandé l’extradition de 18 Saoudiens soupçonnés d’implication dans la mort du journaliste.

  • Engins explosifs. Un suspect a été arrêté vendredi à Miami, aux États-Unis, après la découverte de colis piégés adressés à des personnalités opposées à Donald Trump ou appartenant au Parti démocrate. Après celles adressées à Barack Obama ou Hillary Clinton, de nouvelles bombes artisanales ont été interceptées avant d’atteindre les parlementaires ou l’ancien directeur de la CIA auxquels elles étaient destinées. Le FBI a déclaré que 11 colis piégés avaient été neutralisés depuis le début de la semaine.

  • Sécurité dans les écoles. Les ministres de l’Intérieur, de la Justice et de l’Éducation nationale ont présenté vendredi les grandes lignes d’un plan qui doit être détaillé mardi en Conseil des ministres pour renforcer la sécurité dans les écoles. À la suite de la diffusion le week-end dernier d’une vidéo montrant un élève pointant une arme factice sur une enseignante, plusieurs enseignants ont reproché à leurs chefs d’établissement de vouloir camoufler les incidents qui se produisent en classe et ont partagé des témoignages sur les réseaux sociaux avec le mot-clé « #pasdevague ».