• Manifestations d’ambulanciers. Plusieurs centaines d’ambulances ont bloqué ce matin le périphérique parisien lors d’une deuxième journée de mobilisation nationale contre une mesure de la réforme du financement des transports sanitaires entrée en vigueur le 1er octobre. Elle concerne le choix de la société de transport des malades, qui ne relèvera plus des patients, mais des établissements de santé, qui devront lancer des appels d’offres. Selon les manifestants, cette réforme va favoriser les grands groupes proposant des services d’ambulance au détriment des petites sociétés.

  • Marseille et l’habitat indigne. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé que l’État allait mener un « audit de l’habitat indigne » à Marseille, au lendemain de l’effondrement de plusieurs immeubles de la ville qui a provoqué la mort d’au moins trois personnes. Un rapport de 2015 commandé par le gouvernement avait mis en lumière l’existence de plusieurs dizaines de milliers de logements vétustes dans la ville, posant « un risque pour la santé ou la sécurité de quelque 100 000 habitants ».

  • Genevoix et « ceux de 14 » au Panthéon. Au troisième jour d’une « itinérance mémorielle » qui le conduit à se déplacer pendant une semaine dans l’est et le nord de la France pour le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, Emmanuel Macron a annoncé que l’écrivain Maurice Genevoix (1890-1980) ferait son entrée au Panthéon l’an prochain. Il a ajouté qu’entreraient simultanément, « à titre collectif », les hommes et les femmes qui ont participé au conflit. Maurice Genevoix est l’auteur de « Ceux de 14 », un recueil rassemblant les récits de son expérience au combat, où il fut grièvement blessé en avril 1915.

  • Victimes de Daech. L’organisation djihadiste État islamique a laissé plus de 200 charniers rassemblant plusieurs milliers de victimes dans les régions d’Irak qu’elle a contrôlées entre 2014 et 2017, selon un rapport publié aujourd’hui par la Mission d’assistance des Nations unies pour l’Irak et le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme. Le rapport ajoute que « les preuves rassemblées sur ces sites seront essentielles pour assurer des enquêtes crédibles, des poursuites et des condamnations en accord avec les règles internationales ».