13 novembre 2018

Tout s'explique

Reprise des violences entre Israël et Gaza

Pourquoi les violences augmentent-elles entre Israël et Gaza ?

Depuis hier, des frappes aériennes israéliennes et des tirs de roquettes et de mortiers ont été échangés entre Israël et le territoire de Gaza, faisant sept morts parmi les Palestiniens. L’armée israélienne a affirmé ce matin avoir visé plus de 150 sites appartenant à des groupes armés palestiniens. Ces affrontements suivent une opération israélienne dans la bande de Gaza qui a donné lieu dimanche à des échanges de tirs avec des membres du Hamas, l’organisation politique et militaire qui contrôle Gaza. Six Palestiniens et un soldat israélien sont morts. Des manifestations sont organisées régulièrement depuis mars près de la frontière avec Israël pour demander le retour des réfugiés palestiniens sur le sol israélien et de meilleures conditions de vie. Elles ont provoqué des affrontements avec l’armée israélienne qui ont causé la mort de 150 Palestiniens en six mois, selon un bilan publié par l’ONU début octobre.

Quelles négociations avaient été entamées entre les deux territoires ?

Cette recrudescence des violences intervient alors que les relations s’apaisaient entre Israël et Gaza. Le 16 août, le cabinet de sécurité israélien et le Hamas s’étaient mis d’accord sur un cessez-le-feu. Celui-ci avait donné lieu à la réouverture du point de passage de Kerem Shalom, le seul à permettre un transit de marchandises entre Israël et la bande de Gaza. Début octobre, Israël avait permis au Qatar de financer des livraisons de fioul pour alimenter la seule centrale électrique de l’enclave palestinienne. La semaine dernière, Israël avait également autorisé le Qatar à payer le salaire des fonctionnaires gazaouis.

À quand remonte le dernier conflit majeur entre Israël et Gaza ?

Le dernier conflit majeur entre Israël et Gaza a eu lieu en 2014. Israël avait lancé l’opération « Bordure protectrice » pour répondre aux tirs de roquettes effectués régulièrement par le Hamas vers son territoire. L’offensive, aérienne et terrestre, avait duré près de deux mois. Selon l’ONU, elle a fait plus de 2 000 morts palestiniens, majoritairement des civils, ainsi que 70 morts israéliens, principalement des soldats. L’armée israélienne avait détruit 32 tunnels creusés près de sa frontière avec Gaza, dont 14 qui pénétraient sur le territoire israélien. Ceux-ci visaient notamment à contourner le blocus dont l’enclave fait l’objet depuis 2007, date de sa prise de contrôle par le Hamas, une organisation considérée comme terroriste par Israël, l’UE et les États-Unis.