13 novembre 2018

C'est leur avis

L’UE doit être intransigeante face aux Italiens

Le gouvernement italien devait soumettre aujourd’hui une nouvelle version de son budget pour 2019 à la Commission européenne, après un rejet fin octobre. Maître de conférences en institutions européennes à Sciences Po et contributeur aux Échos, Olivier Marty estime que la réponse à donner n’est pas aisée, mais doit être intransigeante.

« Entre prudence et fermeté, le choix n’est pas aisé : une ligne dure risque de donner du grain à moudre aux populistes ; une ligne trop conciliante décrédibiliserait les règles européennes et affaiblirait davantage l’ensemble de l’UE. Les intérêts européens et les velléités de destruction de l’Union des populistes à Rome plaident toutefois pour une ligne intransigeante. Le budget présenté par la coalition italienne n’est, en premier lieu, pas dans l’intérêt des Italiens. […] Dans le même temps, l’Union devrait rappeler les avantages qu’a su tirer l’Italie de son adhésion, continuer à favoriser des mécanismes d’investissement novateurs et avancer sur des initiatives de redistribution permettant de conforter sa légitimité auprès des plus modestes. » Olivier Marty