20 novembre 2018

Tout s'explique

Hausse des droits d’inscription des étudiants étrangers

Que propose le gouvernement pour les droits d’inscription des étudiants étrangers ?

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé hier la hausse des droits d’inscription des étudiants étrangers en France à partir de la rentrée 2019. Jusqu’ici, ceux-ci payaient autant que les étudiants français, soit 170 euros par an pour une licence, 243 euros pour un master et 380 euros pour un doctorat. Désormais, ceux qui ne viennent pas d’un pays membre de l’Espace économique européen (UE, Islande, Norvège et Liechtenstein) ou de la Suisse, devront payer 2 770 euros par an pour une licence et 3 770 euros pour un master ou un doctorat, soit environ un tiers du coût réel de leur formation, selon le gouvernement, le reste étant assuré par l’État. « La France est l’un des pays au monde où les droits d’inscription des étudiants internationaux sont les plus faibles », a expliqué le Premier ministre. Le premier syndicat étudiant, la Fage, a estimé que l’accès à l’enseignement supérieur devait « être le même pour tous ».

Quelles actions compte-t-il développer pour leur accueil ?

La hausse des frais d’inscription prévue vise à améliorer les conditions d’accueil et d’accompagnement des étudiants étrangers. Un nouveau label, « Bienvenue en France », doté d’un fonds de 10 millions d’euros, sera également créé, afin d’aider les établissements faisant des efforts en ce sens. Le gouvernement prévoit de tripler le nombre de bénéficiaires de bourses et d’exonérations de droits. Il souhaite également doubler le nombre de formations en anglais ou de cours de français à destination des étrangers. Pour simplifier les démarches, la demande de visas étudiants ou le renouvellement des titres de séjour pourront se faire en ligne. À partir de mars 2019, les étudiants étrangers ayant obtenu un master en France et étant retournés dans leur pays d’origine pourront bénéficier d’un titre de séjour pour revenir en France, afin d’y créer une entreprise ou de chercher du travail.

Quel est le profil des étudiants étrangers en France ?

En 2016, la France a accueilli 324 000 étudiants étrangers, dont 245 349 étudiants internationaux accueillis dans des formations diplômantes. Elle était le quatrième pays d’accueil des étudiants étrangers, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, selon les dernières données de l’institut de statistiques de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). La France était ainsi le premier pays d’accueil non anglophone, devant l’Allemagne. Les étudiants étrangers accueillis en France sont principalement originaires du Maroc (plus de 28 000), de la Chine (plus de 23 000) et de l’Algérie (plus de 17 000). Le gouvernement se fixe pour objectif d’accueillir 500 000 étudiants étrangers par an d’ici 2027.