22 novembre 2018

Tout s'explique

Tensions sociales à La Réunion

Pourquoi la situation est-elle tendue sur l’île de la Réunion ?

Pour la cinquième nuit de suite, des commerces ont été vandalisés et des voitures incendiées à La Réunion. 16 personnes ont été interpellées, ce qui porte le total à 123 depuis samedi, et 30 membres des forces de l’ordre ont été blessés, dont un policier grièvement, selon la préfecture. La préfecture estime que « ces exactions sont le fait de délinquants, sans lien avec le mouvement dit “Gilets jaunes” mobilisé depuis le 17 novembre » contre la hausse des taxes sur les carburants et qui se poursuit pendant la journée. Emmanuel Macron a annoncé hier soir sur son compte Twitter l’envoi de policiers et de gendarmes supplémentaires sur place. Les établissements scolaires sont fermés depuis lundi.

Comment le prix des carburants est-il fixé à La Réunion ?

Sur l’île de La Réunion, le prix des carburants est fixé chaque mois par la préfecture de la région, en raison de la faible concurrence au sein du secteur pétrolier dans l’île. Mi-novembre, le sans plomb 95 était plus cher de 10 centimes d’euros par litre par rapport à la métropole et le gazole moins cher de 17 centimes, selon la préfecture de La Réunion et le ministère de la Transition écologique. Les taxes qui s’appliquent aux carburants sont également différentes à La Réunion. La principale taxe sur le gazole et l’essence à La Réunion, votée par le conseil régional, a augmenté à la demande de l’État au 1er janvier 2018 pour la première fois depuis 15 ans. Il était prévu qu’elle augmente chaque année jusqu’à 2025 pour que la taxation du gazole atteigne le même niveau que celle de l’essence. Didier Robert, président de la région Réunion, a annoncé mardi que cette augmentation serait gelée pendant trois ans sur l’île.

Quelle est la situation économique sur l’île ?

Le taux de chômage est près de deux fois plus élevé à La Réunion qu’en métropole. Il s’établit à 23 % en 2017, selon l’institut national de statistiques Insee. Les prestations sociales constituent la ressource principale pour un quart des ménages, soit quatre fois plus qu’en métropole. 40 % des Réunionnais vivaient sous le seuil de pauvreté en 2015, contre 14 % en métropole. En raison de la situation géographique de l’île, l’économie réunionnaise est dépendante des importations, aussi bien pour le carburant que pour des produits de première nécessité, notamment alimentaires. La hausse du prix des carburants touche particulièrement les Réunionnais, car les transports en commun y sont peu développés : en 2015, seuls 5 % des trajets domicile-travail y étaient effectués en transports en commun, contre 15 % en France métropolitaine, selon l’Insee.