• Sommet Trump-Poutine annulé. Donald Trump a décidé d’annuler sa rencontre prévue avec le président russe, Vladimir Poutine, dans le cadre du G20, une rencontre des dirigeants des principales puissances économiques « en raison du fait que les navires et les marins ne sont pas retournés en Ukraine depuis la Russie ». La Russie a intercepté dimanche trois navires militaires ukrainiens et capturé 24 marins en mer Noire.

  • L’ex-avocat de Trump reconnaît avoir menti. Michael Cohen, ancien avocat de Donald Trump, a plaidé coupable d’avoir menti lors de son audition en 2017 devant le Congrès américain au sujet de ses contacts avec des ressortissants russes pendant la campagne pour l’élection présidentielle américaine de 2016. En août, Michael Cohen avait déjà plaidé coupable dans une autre affaire concernant l’élection, reconnaissant avoir acheté le silence de deux femmes qui prétendaient avoir eu une liaison avec Donald Trump.

  • Suppressions de postes chez Bayer. Le groupe chimique et pharmaceutique allemand Bayer a annoncé qu’il allait supprimer 12 000 de ses 118 200 emplois dans le monde d’ici 2021. L’industriel explique cette restructuration, qui doit en particulier toucher sa branche agrochimie, par les « synergies » que crée son rachat en juin de l’entreprise américaine Monsanto, spécialisée dans les pesticides et les organismes génétiquement modifiés.

  • Une Française présidente de Géorgie. L’ancienne ambassadrice de France en Géorgie Salomé Zourabichvili a été élue hier soir présidente de ce pays dont elle possède également la nationalité. Soutenue par le parti social-démocrate au pouvoir, elle a recueilli 59,5 % des voix au deuxième tour de l’élection. En Géorgie, l’essentiel du pouvoir exécutif est exercé par le Premier ministre, un poste occupé depuis juin par Mamuka Bakhtadze.

  • Statut des livreurs à vélo. La Cour de cassation, la plus haute juridiction judiciaire en France, a reconnu dans un arrêt rendu hier qu’il existait un lien de subordination entre un coursier à vélo et une plateforme numérique organisant la livraison de nourriture, en l’occurrence la société Take Eat Easy, disparue en 2016. À l’instar de ses concurrentes, l’entreprise considérait les livreurs comme des travailleurs indépendants, mais la Cour de cassation a relevé des caractéristiques de la subordination comme la capacité pour la société de « donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements ».