• Mise en examen pour trahison. Soupçonné d’espionnage au profit de la Corée du Nord, Benoît Quennedey, un haut fonctionnaire du Sénat, a été mis en examen hier soir pour trahison. Selon le Code pénal, livrer ou rendre accessible à une puissance étrangère des informations « de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation » est passible de 15 ans de prison et de 225 000 euros d’amende et du double si le but est de « susciter des hostilités ou des actes d’agression contre la France ».

  • Interdits de territoire ukrainien. Les autorités ukrainiennes ont annoncé que les hommes russes âgés de 16 à 60 ans n’étaient plus autorisés à se rendre dans le pays. Le président ukrainien a instauré lundi la loi martiale au lendemain de l’arraisonnement de trois navires militaires ukrainiens par la Russie.

  • Accord de libre-échange. Les États-Unis, le Mexique et le Canada ont signé l’accord de libre-échange AEUMC (d’après leurs initiales) sur lequel ils avaient réussi à s’entendre fin septembre pour remplacer l’Accord de libre-échange nord-américain en vigueur depuis 1994. Il contient des règles incitant les constructeurs automobiles à fabriquer une plus grande part de leurs véhicules en Amérique du Nord et facilite notamment l’accès des producteurs laitiers des États-Unis au marché canadien.

  • Les meurtriers de Berta Caceres condamnés. Un tribunal du Honduras a condamné hier soir sept hommes pour le meurtre en mars 2016 de l’activiste écologiste Berta Caceres. La durée de leurs peines de prison sera fixée en janvier. Berta Caceres avait été assassinée à La Esperanza, dans l’ouest du pays, alors qu’elle incitait les Indiens du peuple lenca, ethnie dont elle faisait partie, à s’opposer à la construction d’une centrale hydroélectrique sur leurs terres.